Le Guépard : le sublime vaincu de Luchino Visconti

Série des films-mondes.

The Leopard

Le Guépard (1963) de Luchino Visconti est l’un des plus beaux films du monde avec une des plus belles musiques (celle de Nino Rota) jamais composées pour le cinéma. Ce texte pourrait s’arrêter là ; car Le Guépard est un film devant lequel on reste un temps muet d’admiration. Tâchons cependant d’en dire davantage.

Mai 1860, époque du Royaume des Deux-Siciles dont François II est roi. Garibaldi, républicain proclamé, débarque en Sicile avec ses Mille et fait la conquête de l’île. Mais ce n’est pas pour fonder une république. Garibaldi se rallie à Victor-Emmanuel II, Prince du Piemont. La Sicile est rattachée au Piémont par plébiscite, et le 17 mars 1861, Victor-Emmanuel II est sacré roi d’Italie ; l’unification de la péninsule italienne est en marche. C’est dans ce contexte historique, celui du risorgimento, que se déroule Le Guépard, le très beau roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa publié en 1958. La majeure partie du livre se déroule de 1860 à 1862 ; deux épilogues successifs, absents du film, ont lieu en 1883 et 1910. Lampedusa y montre comment la bourgeoisie remplace la noblesse en tant que classe dominante, sous le regard du Prince Salina, noble sicilien. Les paysans, eux, restent les damnés de la terre. Comme le dit le roman (et le film), selon le point de vue des nouveau maîtres, « il faut que tout change pour que rien ne change ».

C’est ce roman que Visconti adapte au cinéma en 1963. Noble comme Lampedusa (les Visconti font partie des grandes familles aristocratiques italiennes et ont même régné à Milan), communiste, cinéaste proustien sensible aux décors, à la beauté et au passage du temps, Visconti était né pour adapter Le Guépard. Dans l’historiographie des révolutions européennes (j’exclus l’immense escroquerie historique que fut la révolution russe qui est un cas particulier), plusieurs camps se sont affrontés à propos des interprétations qu’il convenait d’en donner. En schématisant à grands traits, on peut distinguer principalement une interprétation insistant sur l’appropriation de la révolution par la bourgeoisie aux dépens du peuple (thèse notamment de Gramsci en Italie), et une autre plus libérale estimant que la victoire de la bourgeoisie sur la noblesse était celle des idéaux démocratiques (thèse notamment de Tocqueville et de Furet en France). Visconti, à la suite de Lampedusa, se réclame de la première interprétation, celle de Gramsci. Pour lui, les vaincus de la révolution italienne sont les nobles et les paysans. Par cette défaite commune, ces deux classes sociales se sont retrouvées dans un même camp, celui des vaincus de l’Histoire. Visconti se plaisait à imaginer que cela créait entre eux une solidarité de victimes du destin (sentiment sans doute à sens unique). Il se sentait d’ailleurs tellement proche du personnage du Prince Salina, en lequel il apercevait certains de ses traits de caractères (la mélancolie, un certain mépris de la bourgeoisie, la conviction de l’existence de différentes classes sociales, le sentiment de ne plus appartenir à son époque) qu’il caressa longtemps l’idée de le jouer lui-même. C’est finalement Burt Lancaster qu’il choisit pour incarner le rôle et ce fut une heureuse inspiration. Burt Lancaster est absolument prodigieux en Salina ; il est difficile d’imaginer un autre acteur qui aurait pu conférer au personnage ce mélange d’autorité, de sagesse et de mélancolie. Dans sa gestuelle, dans son physique léonin, jusqu’au plus petit froncement de sourcil, tout ce que Lampedusa décrit de son héros parait appartenir au Lancaster du Guépard. Pourtant, mise à part la grâce un peu animale de son physique, rien ne le prédestinait à jouer un noble italien de manière si convaincante. Peut-être Visconti avait-il aperçu chez lui une fêlure que les autres n’avaient pas vue. On lui prête cette phrase à propos de son interprète : »je ne connais pas d’homme plus étrange que Burt Lancaster ».

Dans Le Guépard, le Prince Salina comprend que l’expédition des Mille de Garibaldi annonce la fin de son monde et s’en retire volontairement pour laisser sa place à son neveu Tancrède (Alain Delon), qui est plein d’ambition et d’énergie. Salina aidera Tancrède à épouser Angelica (Claudia Cardinale), la fille de Calogero Sedara, richissime propriétaire terrien, maire du village où le Prince a sa résidence d’été (Donnafugata) et symbole de cette bourgeoisie qui prend le pouvoir. Salina, moitié par dégoût du nouveau monde, moitié par fidélité à l’ancien monde, refuse pour lui-même cette alliance avec la bourgeoisie que Tancrède désire tant. Comme tous les grands réalisateurs, Visconti raconte cela par une image, un plan du film, où l’on voit soudain Tancrède apparaitre dans le miroir du Prince alors que celui-ci est en train de se raser. Le plan montre un visage en remplacer un autre. Comme si Tancrède en prenant la place de son oncle dans le miroir l’effaçait de l’Histoire, avec le consentement de ce dernier. C’est encore un autre plan, un travelling latéral dans l’église de Donnafugata montrant Salina et les siens couverts de poussière, qui nous révèle ce qui les attend : semblables à des statues de cire, ils vont être remisés dans un musée de l’Histoire. Salina ne veut plus être du nouveau monde que lui et Visconti jugent avec sévérité : les « chacals et les hyènes » remplaçant « les guépards et  les lions » d’antan, la noblesse ignorante et dégénérée s’enivrant de danse et de jeu lors de la célèbre scène de bal du film, Don Calogero heureux en entendant à l’abri dans son fiacre les bruits des soldats fusillant les derniers partisans, ou encore ce fondu-enchainé qui fait apparaitre un plan glissant où l’on voit la noblesse danser sur le dos des paysans travaillant la terre, tel un tract révolutionnaire. Visconti pensait aussi à l’Italie contemporaine. Pourtant, Le Guépard n’est pas un récit balzacien racontant l’ascension d’un Rastignac (Tancrède) aux dépens d’autres personnages. Les évènements du film ne se déroulent pas selon le point de vue de Tancrède, mais selon celui de Salina. Le Guépard, c’est lui. Salina est un héros mélancolique et immobile, qui décide de rester en arrière au moment où l’Histoire s’accélère. Or, Salina, c’est aussi Visconti, et c’est pourquoi Le Guépard est un film si personnel.

Car du sentiment d’être un vaincu de l’Histoire, Visconti va tirer un film différent des films néo-réalistes qu’il a réalisés lors de la première partie de sa carrière, comme si lui le sympathisant communiste s’était fait une raison : la révolution n’adviendra pas. Que lui reste-t-il alors ? Faire revivre, retrouver, la beauté du monde ancien telle que Visconti l’imaginait. Décrire la révolution italienne non pas en tant qu’historien (point de vue par définition contestable, comme tout point de vue d’historien), mais en tant qu’artiste. Sa nostalgie n’est pas malheureuse comme celle de Chateaubriand quand il écrivait dans Mémoires d’outre-tombe que dans le monde d’après la Révolution Française, « le vieillard meurt étranger dans un monde qui lui est étranger« . Non, la nostalgie de Visconti le rapproche du projet proustien de retrouver par l’art la jeunesse et la beauté passées du monde. Chez Proust, le temps est retrouvé grâce à la madeleine du début d’A La Recherche du Temps Perdu, mais aussi et surtout à la fin, quand le narrateur bute sur un pavé à Venise. Venise, la ville de l’art et du rêve par excellence que Proust n’a pas choisie au hasard ; Venise, la ville où le temps s’est arrêté ; Venise, la ville où les palais et les statues vieillies des façades vous regardent.

Le Guépard commence justement par des plans de statues vieillies. Lorsqu’on voit le film pour la première fois, on pense que ces statues sont celles du jardin de la villa de Palerme du Prince Salina qui apparait ensuite pendant le générique, que ce sont des statues de l’année 1860, époque où se déroule le film. Mais on peut émettre une autre hypothèse, celle que ce sont en vérité des statues de notre présent et que c’est en voyant ces statues mélancoliques que Visconti a vu s’ouvrir devant lui le temps et le monde retrouvés du Guépard. Tout le générique du début prend alors une autre signification : Visconti nous montre ce qu’il reste des vestiges d’un domaine abandonné, soit quelques statues ébrechées et une demeure aux couleurs jaunies au fond d’une allée. Le travelling vers le palais du générique serait alors une sorte de voyage vers le passé, Visconti filmant ces premières images pour mieux déployer ensuite les fastes du passé dès que Salina apparait, afin de démontrer combien ils supplantaient en beauté les vestiges du présent (selon cette vision idéalisée que commande toute nostalgie).

Et de la beauté, Le Guépard en possède à foison. Chaque plan du film déborde de beautés et de splendeurs. Visconti et son chef opérateur Giuseppe Rotunno faisaient éclairer les scènes d’intérieur par des cierges, captaient la lumière écrasante du soleil sicilien dans les filets de leur caméra pour les plans en extérieur, magnifiaient les paysages et les palais siciliens, disposaient les groupes de personnages en élégantes arabesques, en grappes à côté d’un rideau ondulant dans une lumière blanche ou en essaim lors d’un déjeuner sur l’herbe. Au cours d’un énorme travail de pré-production qui prit des mois, Visconti fit rouvrir de vieux palais siciliens fermés au public, les remettant en état, achetant ou se faisant prêter des meubles d’époque, tournant la grande scène de bal du film dans le Palais Gangi à Palerme, faisant entièrement rénover la villa Boscogrande dans les environs de Palerme. Les décors et la lumière du film sont tels qu’en comparaison, Barry Lyndon de Kubrick parait être d’une beauté un peu artificieuse et figée.

Une scène symbolise à elle seule cette idée d’un film dédié à la beauté, celle de l’apparition d’Angelica, incarnée par la sublime Claudia Cardinale. Dans le livre, lorsqu’elle apparait, tous les hommes sont pétrifiés. Mais Lampedusa insiste ensuite surtout sur l’attirance physique qu’elle exerce par sa sensualité. Alors que chez Visconti, la musique de Nino Rota, la grâce de Cardinale et le visage soudain frappé de tristesse de Salina qui se sait vieilli, contribuent à faire de l’apparition d’Angelica une révélation pareille à l’apparition de la Venus de Botticelli, incarnation de la beauté, qui par sa seule présence rachèterait le monde, lui donnerait comme une raison supplémentaire d’exister. Autre chose : lors de cette scène d’apparition, tout s’arrête, les conversations s’interrompent, les visagent se figent ; hommes et femmes s’inclinent devant cette beauté et cette jeunesse, la reconnaissent comme telles. Comment mieux dire que la beauté arrête aussi l’écoulement du temps, thème central de l’histoire de l’art, et que d’une certaine façon avec Le Guépard Visconti essaie lui aussi d’arrêter le temps ? La beauté d’Angelica diminue presque l’importance des évènements historiques du film (qui sont d’ailleurs souvent hors champ, signe que pour Visconti, l’essentiel n’est pas là) et, aux yeux du Prince, rachète sur le plan des idées le mariage de Tancrède avec un paysan comme Sedara pour en faire autre chose qu’un simple mariage d’intérêts. Cette idée d’un rachat par la beauté d’Angelica est déjà présente dans le livre, mais Visconti lui donne toute sa plénitude. Cette beauté fragile qui traverse tout le film lui confère son caractère lyrique et pathétique, car si ce monde est voué à disparaitre alors sa beauté aussi. Même la beauté et la jeunesse d’Angelica sont périssables.

Dans le livre de Lampedusa, l’aspect pathétique du récit est surtout concentré sur la personne du Prince, jusqu’à mettre en scène sa propre mort, ce que Visconti, avec ce génie de la condensation propre aux grands cinéastes, s’est refusé à faire, notamment pour renforcer encore le caractère mélancolique de son film (d’ailleurs, le Prince, étranger à la nouvelle ère qui commence, est déjà mort au monde et il aurait été superflu de filmer sa mort). Il la remplace par deux scènes splendides. Dans la première, insérée au milieu de la séquence du bal, le Prince imagine ce que sera sa mort devant un tableau représentant une agonie. Dans la seconde, Salina s’éloigne seul au petit matin au son des violons magiques de Nino Rota ; toute sa solitude est résumée dans ce plan qui saisit sa haute silhouette marchant dans les ombres de l’aube. Film sur le temps, film sur la beauté du monde, portrait d’un monde et d’une époque et en même temps portrait d’un homme, Le Guépard n’a pas fini de nous fasciner.

Strum

Publicités
Cet article, publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Film-monde, Visconti (Luchino), est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Le Guépard : le sublime vaincu de Luchino Visconti

  1. « Nous étions les guépards, les lions. Ceux qui nous remplaceront seront les chacals, les hyènes. Et tous tant que nous sommes, guépards, lions, chacals, brebis, nous continuerons à nous prendre pour le sel de la Terre. » Giuseppe Tomasi di Lampedusa

    Tu relèves très bien toutes les qualités de ce film Strum, mais pour moi, son atout majeur est avant tout l’impérial Burt Lancaster, qui est tout simplement magnifico. Un personnage qui va droit au cœur, et un acteur au diapason, au point où il devient d’ailleurs difficile de différencier le personnage de l’acteur. Je crois que j’ai dû regarder ce film avec les yeux d’une amoureuse 🙂

    • Strum dit :

      Bonjour Sentinelle, en effet, Burt Lancaster est fabuleux dans ce film, certainement son plus beau rôle, et l’une des performances d’acteur les plus éblouissantes que je connaisse. Bon, pour ma part, j’étais évidemment plutôt tombé amoureux de Claudia Cardinale en voyant le film. 😀

  2. modrone dit :

    Ce film est unique. L’émotion qu’il me donne est probablement ce que j’ai ressenti de plus fort au cinéma. Je ne peux isoler aucun moment. C’est la grâce totale. Le triomphe aussi du « soigné ». Ne pas oublier que soigner l’ouvrage c’est plutôt pas mal. Je dis ça parce que Le Guépard est parfois taxé d’académisme. Tout y est parfait, livre, mise en scène, musique, acteurs, décors, rythme, dialogues fabuleux (Sentinelle n’a pas manqué cette extraordinaire tirade). C’est l’un des cas rarissimes où je suis absolument dithyrambique. avec peut-être L’Aurore. D’ailleurs l’un de mes pseudos vient de Visconti, duc de Modrone.

    • Strum dit :

      Bonjour eeguab, Le Guépard fait partie depuis toujours ou presque de mes films préférés et, tu as raison, il est difficile d’en parler sans faire assaut de superlatifs (même si j’ai quand même essayé dans mon texte de rationaliser dans la mesure du possible l’amour que je porte au film et donc de proposer une analyse). Mais tout est beau dans ce film. Visconti, duc de modrone… je n’avais pas fait le rapprochement.

  3. Strum dit :

    Sinon, le roman de Lampedusa est lui-même remarquable.

  4. homerwell dit :

    Alors là, je dis Bravo, superbe chronique sur un film que je sur-adore, je vais le revoir ce we.

  5. Martin dit :

    Que j’aime ce film, moi aussi ! Et quelle belle chronique tu as écrit ! Bravo ! Je ne sais pas trop ce que je pourrai ajouter pour faire bonne mesure. J’ai découvert le film en DVD et je m’étais régalé. Le revoir quelques années plus tard au cinéma m’avait ébloui. Je ne suis pas près d’oublier ce moment. Et j’espère avoir plein d’occasions de découvrir d’autres merveilles de cet acabit sur écran géant. Il y a des cinémas qui ont vraiment besoin de prendre toute la place possible !

  6. Strum dit :

    Merci homerwell et Martin ! Voir Le Guépard sur grand écran ce doit être quelque chose en effet. J’ai vu le film plusieurs fois, mais jamais au cinéma.

  7. tinalakiller dit :

    Vraiment une excellente adaptation de ce grand roman, tu as écrit un très beau et juste article sur ce film magnifique sur de nombreux points.

  8. Strum dit :

    Merci Tina. Oui, Le Guépard est une très bonne adaptation du roman de Lampedusa, l’une des plus fidèles que je connaisse, même si Visconti n’en filme pas (à raison) l’épilogue.

  9. Benjamin dit :

    Je ne connais pas ce film (bouh !) et si je n’avais jamais eu envie de le découvrir, ton texte m’y aurait fortement incité. Ton évocation des statues me renvoie à deux images, celles de Resnais dans L’année dernière à Marienbad et à d’autres, celles du musée de Naples dans Voyage en Italie , puis les silhouettes figées de Pompéi, puis les ruines… Au-delà de la question amoureuse dont ces deux films rendent compte, j’ai aussi l’impression que l’Italie, héritage romantique, est propice à ces voyages dans un passé terriblement mélancoliques… Et aux cinéastes, à leur façons, de devenir archéologues.

    • Strum dit :

      Bonjour Benjamin, Le Guépard fait partie de ces films précédés d’une réputation, ce qui fait qu’on retarde parfois le moment où on les voit. Comme souvent, le film est plus subtil que le laisse entendre sa réputation. C’est un film très différent de Marienbad (où ce qui est revécu éternellement n’est qu’un reflet figé et mort du passé, qui a été filmé et repasse en boucle) et de Voyage en Italie (film où la vie/le passé renait miraculeusement de ses cendres quand les personnages « croient » de nouveau). Dans tous les cas, il faut que tu découvres le film qui en vaut vraiment la peine.

  10. Benjamin dit :

    J’en prends bonne note !

  11. Silmo dit :

    Visconti fait partie des cinéastes que je vénère et ce serait difficile de donner une préférence entre ses représentations de la beauté ineffable face au temps irrémédiablement destructeur… Entre la dignité désabusée du Prince Salina dans le Guépard (merci Strum de cette belle chronique) ou le pathétique von Aschenbach dans Mort à Venise ?? Des atmosphères à l’opposée de l’apocalyptique déchéance d’une famille (et d’un peuple) dans Les Damnés (autre film extraordinaire).

    nb : Giuseppe Rotunno a supervisé la restauration en version longue du Guépard. Si vous achetez le DVD, privilégiez plutôt cette version qui a été remastérisée avec finesse.

    • Strum dit :

      Bonjour Silmo et merci de ton message. Je mets Le Guépard au-dessus de tous les autres Visconti sans hésiter. Le Guépard, c’est si beau ; c’est l’apogée du style visuel de Visconti, qui a pu abuser du zoom ensuite, notamment à cause de Pasquale de Santis, son chef opérateur par la suite qui aimait bien cela en début de carrière. Et puis, je suis moins intéressé par l’aspect « décadent » que se plait à souligner Visconti dans certains de ses films suivants. Les Damnés, pour moi, c’est raté. C’est un film boursouflé, aux couleurs parfois un peu criardes, avec des personnages un peu ridicules et pour lesquels je ne ressens rien (en général, pour aimer un film, il faut que je ressente un minimum d’empathie pour les personnages et là ils sont grossièrement dessinés à cause des raccourcis historiques du film). Je crois que le sujet du film en lui-même ne m’intéressait pas beaucoup. Mort à Venise, Violence et Passion, et Ludwig, sans atteindre le génie du Guépard, on y trouve de très belles scènes en revanche. De mémoire, j’ai écrit quelque chose sur Ludwig et Mort à Venise (j’en ferai peut-être une note si cela tient encore le coup). En tout cas, je regrette que Visconti n’ait pas adapté la Montagne Magique de Mann comme il en avait le projet (ce devait être le quatrième film de sa tétralogie allemande). Un accident de santé l’en a empêché.

  12. Ping : Ludwig, le crépuscule des dieux de Luchino Visconti : de la place de l’artiste dans la société | Newstrum – Notes sur le cinéma

  13. Ping : John Huston à la cinémathèque, cinéaste amoureux des livres | Newstrum – Notes sur le cinéma

  14. Ping : La Grande Illusion de Jean Renoir : vivre d’illusions | Newstrum – Notes sur le cinéma

  15. Ping : Le Guépard – Cinema Paradiso

  16. Ping : The Lost City of Z de James Gray : chimère et voyage intérieur | Newstrum – Notes sur le cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s