Vertigo (Sueurs Froides) d’Alfred Hitchcock : le mythe de Pygmalion revisité

Afficher l'image d'origine

Dans la plupart de ses films, Alfred Hitchcock condense le temps grâce à son art du découpage. C’est cet art du découpage qui crée du suspense, qui rend plus intense un moment clef dans la narration. Que l’on songe, par exemple, à la scène de la fin des Enchainés (1946) où Cary Grant, Ingrid bergman et Claude Rains descendent l’escalier : Hitchcock découpe la séquence en multipliant les plans sur les visages angoissés des protagonistes (celui de la mère en bas de l’escalier, celui de Rains, celui de Grant, etc.). Rien ne l’obligeait à découper la scène ainsi ; il aurait pu en faire un long plan séquence. Mais alors, le suspense aurait été moindre et la scène ne serait pas passée à la postérité. Après avoir établi son découpage (via un storyboard), Hitchcock procédait souvent ainsi : en accélérant peu à peu le rythme des séquences, et donc leur intensité, grâce au montage, en montant des plans de plus en plus courts. On pourrait multiplier les exemples où les scènes de ses films se tendent peu à peu comme une corde : la scène de la douche de Psychose (1960), la scène de la révélation dans Pas de printemps pour Marnie (1964), la scène de l’avion dans La Mort aux Trousses (1959), etc.

Vertigo (1958) d’Alfred Hitchcock (Sueurs Froides en français) est un film différent. Alors que d’habitude les films du réalisateur saisissent le spectateur à la gorge par leur intensité (le spectateur est passif et le film bondit sur lui), Vertigo lance un appel au spectateur, en forme d’invitation muette. C’est un film où Hitchcock choisit d’étirer le temps et de mettre de côté les ficelles de son découpage créateur de suspense. C’est un film qui ne bondit pas vers les spectateurs comme le font les autres Hitchcock mais qui attend tapi dans l’ombre (à l’instar de La bête dans la jungle, nouvelle de Henry James qui utilise aussi le motif de la répétition condamnant un personnage malade à rejouer toujours la même scène). Qui Vertigo attend-il ? Le spectateur, dont il quête la compassion. Vertigo demande au spectateur d’entrer dans le film, d’embrasser sa mélancolie morbide, et d’errer dans San Francisco aux côtés de Scottie et Madeleine. D’où ce motif de spirale récurrent (du générique de Saul Bass au chignon de Kim Novak) dans lequel on se perd. L’errance implique que l’on étire le temps, car c’est dans la durée que l’on ressent le mieux la mélancolie : l’errance est la marche des mélancoliques. Selon son tempérament, le spectateur acceptera ou non, d’entrer dans Vertigo pour y partager les affres de Scottie, et y goûter sa fascination pour la mort et le passé. A l’inverse, qui ne voudra pas entrer dans le film, le verra de loin, et voyant Scottie et Madeleine de loin, comme des figurines s’ébattant derrière un cadre de verre, ne sera pas à même d’éprouver sa mélancolie.

C’est une mélancolie morbide que celle de Vertigo, qui fait de la mort une figure familière. C’est la mélancolie du romantisme gothique de Melmoth et de tout le roman gothique anglais, quand la fascination du passé devient fascination du macabre, fascination qui conduit à la mort, y compris la mort où l’on meurt d’amour, comme Tristan et Iseult, premiers modèles venus du Moyen-Âge (du reste, l’extraordinaire musique de Bernard Herrmann pour Vertigo est fortement inspirée de Tristan et Isolde de Wagner). Cette mélancolie gothique pèse sur toute la première partie de Vertigo, qui raconte comment Scottie (James Stewart), ancien policier atteint d’acrophobie, la peur des vertiges, est chargé par son ancien ami Gavin, de suivre sa femme Madeleine (sublime Kim Novak, dans le rôle de sa vie), qu’il croit suicidaire, hantée par l’esprit de son arrière-grand mère Carlotta. Alors, Scottie suit Madeleine, porté par les violons de Herrmann qui transpercent l’écran et nous enveloppent de sons vibrants. Scottie entre dans des cadres composés comme les tableaux des romantiques allemands, où les paysages sont des états d’âme, des cadres éblouis de lumière, la lumière de Robert Burks, le chef-opérateur fétiche d’Hitchcock. Une lumière très particulière, qui résulte de l’usage par Burks de nombreux filtres tout le long du film ou presque (filtres verts, filtres à effet de brouillard, etc.), et qui contribue à l’atmosphère irréelle de Vertigo, qui ne se dément jamais, même dans sa deuxième partie où les dessous de l’intrigue sont révélés.

La mélancolie de Vertigo, porte d’entrée possible dans le film, donc. L’autre entrée qui se dessine, c’est celle du thème des apparences et du double, cher à Hitchcock. Car tout est faux dans cette première partie : Scottie a été joué par Gavin et Madeleine. Le récit gothique n’était que rêverie macabre qui n’a fonctionné que parce que Scottie est malade. Derrière les images et la musique romantiques, il y avait les coulisses, où tournaient les rouages de la machination et du meurtre de la femme de Gavin. Le monde est fait d’une étoffe double, les rêves sont faits d’une étoffe double. La scène qui rend compte de cette dualité du monde, c’est celle du restaurant, quand Scottie voit Madeleine pour la première fois : tout semble dédoublé dans cette séquence par un jeu complexe de miroirs : Madeleine passe devant trois ou quatre miroirs fixés aux murs qui la reflètent de manière trouble ; les miroirs prolongent l’espace vers un autre monde, situé « de l’autre côté« , un monde d’images et de spectres, qui désoriente à la fois Scottie et le spectateur ; à ceci près que quand Madeleine passe devant le dernier miroir, à la sortie du restaurant, le dédoublement de sa silhouette se fait net : il y a deux femmes, qui marchent côte à côte, Madeleine et Judy, et cette image double annonce tout le reste du film. Dans cette scène du restaurant, l’une des plus belles de l’histoire du cinéma, on trouve aussi une utilisation splendide des couleurs : Madeleine porte une couleur verte (pensée comme la couleur de la mort), et quand Scottie l’aperçoit pour la première fois (de profil – voir la photo ci-dessus), l’intensité de cette apparition fait rougeoyer (d’amour et de douleur mêlées) la couleur du papier peint au fond du cadre, comme un foyer s’embrasant. Rouge et vert sont les deux couleurs primaires du film qui dominent toutes les autres. Tous les trucages utilisés par Hitchcock dans ce film témoignent de ce dédoublement du monde : les travellings compensés (soit un travelling arrière et un zoom avant simultanés), qui font dialoguer l’avant et l’arrière plan du cadre, les transparences derrière les acteurs tandis que ces derniers tournent sur eux-mêmes grâce à un plateau mobile et pivotant (voir la scène de la chambre d’hôtel où Scottie et Madeleine/Judy s’embrassent), transparences qui les font passer du monde réel au monde fantasmé, puis derechef le fantasme, puis le monde réel revenu, le rouge alternant de même avec le vert. Le principe qui préside à la spirale est qu’elle ne s’arrête jamais, et Vertigo tout entier est une spirale – d’ailleurs, plus on voit le film, plus il asseoit son ascendant sur le spectateur, s’enroulant autour de lui comme une spirale. Dans la tête de l’homme obsédé, du malade (Scottie est malade) roulent les images mensongères du monde, montées sur un manège qui s’est emballé.

Toutefois, mon point d’entrée préféré dans Vertigo, qui a été moins exploré que d’autres, c’est celui du mythe de Pygmalion. Tel que le raconte Ovide dans les Métamorphoses, c’est un mythe profondément mysogyne, qui commence ainsi (édition Folio, p. 329): « Témoin de l’existence criminelle qu’elles avaient menée, et révolté des vices dont la nature a rempli le coeur des femmes, Pygmalion vivait sans compagne, célibataire ». On connait la suite : Pygmalion est un artiste, un grand artiste. Il sculpte une statue sublime, la femme idéale, qu’il a modelée lui-même, qu’il veut substituer aux femmes, aux vivantes. Il tombe amoureux de sa création, de sa statue d’ivoire, de cette image qu’il a imaginée, et qu’il régente et dirige. Il la pare de bijoux, de beaux vêtements. Il lui parle, l’embrasse, la caresse, la couche à ses côtés. Pour dire les choses autrement que dans la langue poétique d’Ovide, il se conduit en maniaque, en malade obsessionnel. Il demande à Venus (Aphrodite) de donner vie à la statue, et la déesse, qui fait toujours passer la beauté sur la raison, l’exauce : Pygmalion épouse sa propre création. C’est une fin heureuse, où l’artiste obsédé, le créateur malade, est récompensé de son obsession, de sa maladie. Dans le même temps, dans le mythe des Propétides (qui précède celui de Pygmalion), Ovide raconte comment les vrais femmes, les vivantes, sont punies par Venus et transformées en statues, en mortes. Pygmalion est donc un mythe écrit contre les femmes, comme nombre de mythes grecs (à l’exemple de celui de Pandore, où tous les maux de l’humanité se répandent sur la terre à cause d’une femme). Un mythe sur l’artiste tout puissant, qui n’est responsable d’aucun de ses actes.

Dans Vertigo, Scottie se conduit lui aussi en Pygmalion, du moins dans un premier temps. Après être sorti de l’asile qui l’avait accueilli, il revient hanter les lieux de sa rencontre avec Madeleine. Son pèlerinage morbide est une descente aux enfers, similaire à celles d’autres mythes grecs. Des enfers, Scottie ramène Judy, une femme qui ressemble tellement à Madeleine qu’elle lui offre la possibilité de ramener, croit-il, Madeleine à la vie. Dès qu’il voit Judy, sa mélancolie disparait, car elle résultait de sa certitude que l’on ne revenait pas du pays des morts. Le film commence une deuxième fois, se dédouble lui aussi. Obsédé, dévoré par le souvenir de Madeleine, Scottie pare Judy des plus beaux atours, comme Pygmalion sa statue, Scottie ressuscite l’image de Madeleine (et non Madeleine elle-même, la nuance est de taille), en lui faisant porter la teinture et les vêtements de la morte. Transparences, filtres de lumière et néon vert, se mêlent dans la scène de la chambre d’hôtel pour en faire une tombe : la tombe d’un cimetière d’où sort de l’ombre l’image de Madeleine revenue « d’entre les morts » (titre du roman de Boileau-Narcejac que le film adapte). Dans le Hitchcock-Truffaut, le réalisateur résume ainsi les choses avec sa crudité habituelle : « Il veut coucher avec une morte. C’est de la nécrophilie« . En réalité, Scottie veut coucher avec une image. Car pour lui, Judy n’existe plus. Elle n’est plus une femme. Elle ne l’intéresse qu’en tant qu’elle peut devenir une image de Madeleine, une morte-vivante. Scottie est devenu un cinéaste, qui ne voit plus le monde que sous la forme d’images, comme Hitchcock.

Or, dans Vertigo, la morale et la chute de l’histoire ne sont pas les mêmes que chez Ovide. Scottie n’est nullement récompensé de son obsession. Hitchcock filme Scottie errant comme une âme en peine, il le filme sortant d’un asile, il le filme humilié par un président de tribunal sadique qui remue le couteau de la mort de Madeleine dans la plaie, il le film couvé par une Midge inquiète, qui l’aime mais le sait si fragile qu’elle ne parvient pas à lui dire, il filme les yeux bleus de James Stewart brillant d’une folle angoisse, en vérité d’une angoisse de dément. Ce n’est pas sa création que Scottie aime, au contraire du Pygmalion du mythe, c’est l’image d’une morte, aux dépens d’une vivante. Il y a des Pygmalions heureux, fiers de leur création, une création qui leur est utile (ainsi Gavin est un Pygmalion qui réussit son coup en trompant Scottie quand il crée la première Madeleine), mais Scottie est un Pygmalion malheureux qui s’approche davantage d’Orphée, parti chercher Eurydice aux enfers. Scottie est hanté par une belle image vénéneuse, comme Madeleine était hantée par Carlotta Valdès. Tout tourne en boucle, tout se dédouble, tout ramène à la figure de la spirale ou du tourbillon, la figure clé de tout le film. Scottie, cinéaste, créateur de Madeleine, qui crie sur sa création quand il comprend que Judy l’a trompé. Hitchcock le montre courir à sa perte, mener Judy à sa perte. Il guérit de son acrophobie en sacrifiant une vivante. Pourquoi Scottie ramène-t-il Judy dans la mission espagnole, pourquoi la fait-il monter de nouveau dans le clocher si ce n’est pour diriger une séquence dont il avait été la première fois le jouet ? Il parle sans arrêt de « seconde chance« , mais en réalité, c’est sa première fois en tant que cinéaste. On voudrait lui dire, on lui crie : « ne ramène pas Judy dans le clocher, vit avec elle, car elle est vivante ! » Mais il ne nous entend pas. Fantasme du cinéma qui fait revivre le passé. Scottie est trop malade pour être cinéaste, pas assez fort, ni d’un point de vue physique, ni d’un point de vue psychologie. Scottie n’aurait jamais dû revenir dans le clocher. Scottie est un créateur malheureux, à moins qu’il ne soit trop malheureux pour être créateur.

Pourquoi Hitchcock filme-t-il Scottie en Pygmalion malheureux ? A première vue, cela pourrait sembler paradoxal, car Hitchcock est un cinéaste-pygmalion par excellence, un extraordinaire créateur de rôles féminins, entre les mains duquel passèrent les plus belles actrices d’Hollywood. Ingrid Bergman a-t-elle jamais eu plus beau rôle que celui de son personnage des Enchainés (1946), qui épouse si bien son point de vue que l’on trouve le personnage de Cary Grant trop dur avec elle ? A-t-elle jamais été plus belle que dans La Maison du Dr. Edwards (1945) où, à ses côtés, Peck apparait bien fade ? Dans Rebecca (1940), Hitchcock ne réalise-t-il pas son film exclusivement du point de vue du personnage de Joan Fontaine, plus encore que dans le roman de Daphné du Maurier ? Grace Kelly a-t-elle jamais été plus séduisante et décidée que dans La Main au collet (1955) ? Son apparition en caméra subjective dans Fenêtre sur cour n’est-elle pas magique ? Dans La Mort aux trousses (1959), Eve Kendall n’est-elle pas un magnifique personnage de femme, qui permet à Roger Thornhill d’oublier sa maman ? Toutes, elles incarnent des actrices hitchcockiennes ; aux termes du cliché : le feu sous la glace. Hitchcock, réalisateur-pygmalion aux doigts de fée, fermez le banc ?

Mais non, Vertigo rouvre le débat, pour toujours. Que cela soit conscient ou non, le personnage de Scottie est une mise en garde contre le mythe de Pygmalion. Scottie est responsable de son malheur et de celui de Judy : c’est à cause de lui que Judy meurt. Si Scottie n’avait pas essayé de sculpter Judy en Madeleine, s’il l’avait regardé non en tant qu’image, mais en tant que femme vivante, Madeleine ne serait pas morte une seconde fois (spirale et manège, toujours). Scottie est autant créateur qu’assassin : pour une statue transformée en femme (Galatée) grâce à Pygmalion, combien de femmes (les Propétides) transformées en statues dans les mythes d’Ovide ? Vertigo revisite, renverse même, le mythe de Pygmalion : d’une femme, d’une vivante, il fait une statue, une morte, là où Pygmalion donnait la vie. On ne peut contrôler à sa guise la femme que l’on aime. Hitchcock interroge la propension de l’homme, sa propre propension en tant que cinéaste-pygmalion, à vouloir créer une femme à l’image d’un idéal féminin qui n’existe pas (comme Madeleine qui n’existe pas, qui n’est qu’une image modelée par Gavin). A travers Scottie, il met en scène ses propres démons, qui l’incitèrent à se conduire de plus en plus durement avec ses propres créations féminines, avec ses actrices, à les mépriser de plus en plus ouvertement (il fut dur avec Kim Novak pendant le tournage et ne se priva jamais de dénigrer l’actrice par la suite alors qu’elle est exceptionnelle dans le film), ou à les poursuivre d’assiduités qui tournèrent au harcèlement dans le cas de Tippi Hedren (si la moitié de ce qu’elle a affirmé est exacte). Car Hitchcock savait tout ce qu’Ovide avait passé sous silence, tout ce que la création implique d’angoisse, de fièvre et d’images obsédantes.

Strum

PS : Vertigo, « film différent » : cette différence surprit à la fois les critiques et les spectateurs en 1958, et le film rentra à peine « dans ses frais« , selon les termes d’Hitchcock. Dans le Hitchcock-Truffaut, Hitchcock ne semble pas avoir de tendresse particulière pour le film. Ce n’est que plus tard que le film devint un classique, et ce n’est que depuis assez récemment qu’on le tient, à juste titre, pour l’un des plus grands films de l’histoire du cinéma.

Publicités
Cet article, publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Hitchcock (Alfred), est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Vertigo (Sueurs Froides) d’Alfred Hitchcock : le mythe de Pygmalion revisité

  1. princecranoir dit :

    Poésie morbide, amour des images, vertige des miroirs, et les Métamorphoses d’Ovide, on croirait revivre l’expérience du dernier film de Nicolas Winding Refn. Comme quoi, presque soixante ans après, tout un pan du cinéma se trouve aspiré dans le tourbillon de « Vertigo ».

    J'aime

  2. princecranoir dit :

    Diantre, je suis démasqué ! Mais cette riche analyse m’a tourné la tête et fait naître en moi l’envie de précipiter quelqu’un d’autre dans ma chute 😉

    J'aime

  3. ornelune dit :

    Chic un nouvel examen de Vertigo !

    Merci pour cette évocation du temps dans Vertigo. Le sujet est essentiel. Suivant le déroulé de la spirale, filant vers l’avant ou creusant davantage le passé, le temps dans ce film est absolu. Ma scène préférée du film : le gant noir posé sur la découpe d’un séquoia et cette phrase de fantôme nous faisant tomber à la renverse.

    Sur la réalisation et le montage, si ce film fait naître autrement le suspense, peut-être en effet moins par le découpage que par la fièvre dont est pris Scottie et nous avec au fur et à mesure de l’intrigue, on peut ajouter simplement que Hitchcock sait aussi créer le suspense à travers le plan séquence, voir La corde ou seulement même la scène introductive de L’étau, ou encore le survol du cimetière dans son tout dernier film Family plot.

    Intéressante évocation du genre transpiré, le gothique littéraire. On ira peut-être en chercher l’influence dans le roman de Boileau-Narcejac, plus certainement dans Bruges la morte qui lui sert de modèle.

    Beaux développements enfin sur le double et sur le mythe de Pygmalion !

    Vertigo a fait l’objet chez nous de deux autres entrées. La première sur le sexe (what else ?) -d’ailleurs, plus ou moins en rapport avec cela, je ne dirais pas Scottie malade durant tout le film, faible plutôt et éperdument, fiévreusement, amoureux… ok, malade en fait- et la seconde dont je fais directement l’éloge (car c’est une des plus jolies contributions à notre blog), sur le linceul de fleurs que compose Hitchcock (Princecranoir peut t’en dire un mot ! :p ).

    J'aime

    • Strum dit :

      Hello. Merci, du coup, j’ai été te lire chez toi. Vertigo « fonctionne à la manière d’une hypnose », je suis tout à fait d’accord. Je suis moins convaincu ou moins intéressé par le rapprochement entre l’acrophobie de Scottie et son impuissance sexuelle supposée (même si effectivement, cela expliquerait ses curieux rapports avec Midge). De toute façon, on peut parler pendant des heures de Vertigo, écrire des milliers de pages dessus sans en épuiser la richesse. A propos du roman gothique anglais et de son atmosphère macabre, de ses fantômes, etc., pour un anglais comme Hitchcock, c’est une influence importante (comme sur Boileau-Narcejac d’ailleurs). Rendons aux anglais ce qui leur appartient !

      J'aime

      • ornelune dit :

        Orphée et Pygmalion, des doubles partout et une mise en abyme avec vertiges garantis, cela me fait soudain penser à Resnais, Et vous n’avez encore rien vu.

        J'aime

        • Strum dit :

          Je vois ce que tu veux dire. Cela dit, dans Vous n’avez encore rien vu, où il y a trois niveaux d’histoires, Resnais utilise des artifices un peu bricolés (c’est son côté collage, qui l’apparente plus qu’on ne le dit à la nouvelle vague), et la structure compliquée qu’il met en place rend certains personnages un peu inconsistants (même si j’aime bien Resnais).

          J'aime

          • ornelune dit :

            Tu as raison. J’y admire la mise en place, la structure, le stratagème. Mais nulle passion quant à l’histoire ! Pas de véritable romance, aventure ou suspense avec ses fantômes, contrairement à Hitchcock.

            J'aime

  4. tinalakiller dit :

    Ca c’est de l’analyse ! 😀 Mais effectivement, comment ne pas penser à Pygmalion ? Par contre, j’admets, même après l’avoir lu, être passé à côté de la référence à La bête dans la jungle, c’est bien vu !
    En tout cas, j’aime énormément ce film, un de mes Hitchcock préférés (avec Psycho) car justement cette question d’image et de spirale est si bien traitée, au point d’emmener les spectateurs dans un véritable tourbillon « émotionnel », rempli de questions.

    J'aime

  5. Strum dit :

    Merci Tina – mais c’est un Pygmalion revisité et mis la tête en bas, comme je l’écris – à cette aune, Vertigo, a aussi des allures d’anti-My Fair Lady, qui dérive indirectement du même mythe.

    J'aime

  6. Tes analyses sont absolument dingues. Tellement riches et précises qu’on a envie de revoir le film avec ton texte dans les mains ! Ce que je tenterai peut-être si je ne suis pas trop flemmarde (je me vieillis…) Bravo !

    J'aime

  7. Strum dit :

    Merci Chonchon, content de savoir que je t’ai donné envie de revoir le film, c’était l’objectif !

    J'aime

  8. Ping : Blow Out de Brian De Palma : quand la barrière entre réalité et fiction se brise | Newstrum – Notes sur le cinéma

  9. Alice VACHET dit :

    Article et point de vue passionnants, surtout pour une grande fan d’Hitchcock comme moi ! Un grand merci !

    J'aime

  10. Ping : Body Double de Brian De Palma : voyeurisme et doublures d’Hollywood | Newstrum – Notes sur le cinéma

  11. Ping : La Chambre verte : Les Morts de François Truffaut et Henry James (livre et film) | Newstrum – Notes sur le cinéma

  12. Ping : Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin : portrait de l’artiste en cinéaste | Newstrum – Notes sur le cinéma

  13. J.R. dit :

    Salut,
    J’ai revu le film hier soir… il est parfait bien sûr! Il se prête bien à l’analyse, tant il joue sur la fascination du « héros », et du spectateur avec lui. J’avais lu autrefois un beau texte de Chris Marker dans un numéro spécial de Positif (pour les 40 ans de la revue je crois). Il parlait très bien de ce vertige temporel, et relevait même le sens du caractère japonais sur le balcon à l’entrée de chez Scottie, qui signifierait un double-amour. J’aime beaucoup Rebecca, et je ne m’étais pas rendu compte à quel point les deux films sont très proche, le thème du complexe d’infériorité est ici aussi important; et c’est pourquoi le personnage de Midge Wood est pour moi assez central… Scottie forme d’ailleurs avec elle un couple bien plus crédible qu’avec Judy Barton (Hitchock était réservé sur le choix de Stewart, semble-t-il : il le trouvait trop vieux pour être aimé de Kim Novak). Mais ce qui m’a marqué hier, c’est à quel point tout est invraisemblable… et pourtant on y croit, fasciné par la maîtrise du maître. Je pense qu’il s’agit du film de chevet de David Lynch, ça ne fait aucun doute. Comment croire au plan retors du mari pour se débarrasser de sa femme, comment s’échappe-t-il avec sa maîtresse du clocher sans se faire voir (alors qu’une femme vient de se suicider), surtout pourquoi Judy est étonné qu’il ait brisé le coup de sa femme (à quel jeu croyait-elle bien jouer), qu’est-ce que Scottie imagine pouvoir découvrir la première fois à la mission… En tout cas, à la recherche de réflexions sur le film, j’en ai trouvé d’excellentes sur ce blog.

    J'aime

    • Strum dit :

      Salut J.R. et merci. Oui, en effet, tout est invraisemblable dans ce film, et pourtant on croit à tout grâce à la magie du cinéma selon Hitchcock. Marker aimait beaucoup le Japon, cela ne m’étonne pas qu’il ait relevé ce motif japonais – j’avais lu en partie son texte si je me souviens bien.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s