Pierrot le fou de Jean-Luc Godard : éclipses du récit

Résultat de recherche d'images pour "pierrot le fou"

Dans Pierrot le fou (1965), Jean-Luc Godard raconte l’histoire d’un personnage qui lui ressemble. Ferdinand (Jean-Paul Belmondo) ne veut pas vivre une vie de père de famille dont le cours serait programmé d’avance. Il aspire à jouer un autre personnage car lmonde où il vit est triste. Alors il s’en va chercher, non pas au bout de la nuit comme Bardamu, mais au bout du jour, ce soleil qui brille au fond de l’horizon. Si Pierrot le fou est le film de Godard le plus achevé, le seul que j’aime vraiment, c’est parce que les collages godardiens (citations, voix off) et les éclipses du récit (adresse au spectateur, chansons, sketch de Raymond Devos) reflètent les états d’âme et les aspirations de Ferdinand lui-même. Ils semblent naitre de l’intérieur du film sans donner l’impression d’être apposés de l’extérieur par le metteur en scène.

Pierrot le fou relate la cavale de Ferdinand avec Marianne (Anna Karina), qui les mènera de Paris à l’ïle de Porquerolles. On y croise des cadavres, des malfrats, on y assassine allègrement : le rouge sang est la couleur primordiale du film avec le bleu de la mer. Mais le récit policier y est constamment contrarié, suspendu, éclipsé par les rêveries de Ferdinand. C’est que le rôle de malfrat lui déplait autant que celui de père de famille. Il n’en a cure et préfère lire L’Histoire de l’art d’Elie Faure dans sa baignoire ou aller au cinéma. Dès l’ouverture, le récit est contrarié par les lectures de Ferdinand et par des images de soleil tombant sur Paris. Ses états d’âme successifs sont reflétés par des jeux de couleurs, l’écran se faisant rouge, puis bleu, puis jaune, puis vert, à moins que ce ne soit l’inverse, lors de la soirée du début où il erre pareil à une âme en peine. Godard épèle les moments de la fête comme Rimbaud ses voyelles.

C’est lorsque les deux amants en fuite arrivent en vue de la mer que le récit se trouve suspendu pour de bon. Godard, après nous y avoir préparé par une adresse au spectateur (« vous voyez… » nous dit Ferdinand), en donne une image littérale : le récit quitte son lit quand la voiture de Ferdinand quitte la route pour entrer dans la mer. Commence alors une parenthèse enchantée illuminée par les couleurs vives que trouve Raoul Coutard pour évoquer les chaudes lumières du midi. Le récit policier s’est arrêté. Le récit même du film s’est arrêté, a échoué sur les rivages de l’île de Porquerolles. Peu de films rendent mieux compte de la définition de « fable contrariée » que Jacques Rancière a donnée du cinéma. La fable du récit policier est ici contrariée par le désir d’amour de Ferdinand, qui aime Marianne, et par le désir de liberté de Godard. Et le temps de quelques scènes, grâce à la photographie de Coutard, le film affiche de magnifiques couleurs d’eau et de pins qui enchantent cette vie suspendue, de même que dans les derniers tableaux de Velazquez « l’espace règne » selon le texte d’Elie Faure lu au début du film. On oublie alors le Godard entiché de collages et de citations, on se souvient qu’il possédait un grand talent, et on se laisse bercer par la beauté des images.

Le bât blesse quand le désir d’amour Ferdinand devient bientôt désir d’écrivain et qu’il délaisse Marianne. L’amour ne suffit pas (« il est à réinventer » dit Rimbaud que cite à nouveau Godard). L’horizon bleu et les couleurs chaudes de la Méditerranée ne suffisent pas. « La vraie vie est ailleurs » affirment Rimbaud et Ferdinand ; pourtant, une fois cet ailleurs trouvé, bien qu’il soit aussi coloré que ce que l’on pouvait l’espérer, l’ennui vient. On ne peut vivre continuellement en suspens, c’est le drame de l’être humain, et en particulier de Marianne.

Son « Qu’est-ce que je peux faire. J’sais pas quoi faire » n’est pas un caprice. C’est l’expression par Marianne de l’impossibilité de vivre en dehors de la forme du récit, de même que le cinéma malgré les collages et éclipses godardiennes ne peut être que récit. L’expérience humaine du temps ne peut s’exprimer que narrativement, sous la forme d’un récit. Le drame de l’homme est de ne pouvoir vivre en dehors de cette expérience du récit, de ne pouvoir suspendre le cours du temps. Un « roi sans divertissement est un homme plein de misères » écrivait Pascal, ce qui revient au même exprimé autrement. Le divertissement peut prendre la forme du récit policier ou de cet engagement politique source d’exagérations qui devait tarir l’inspiration artistique de Godard et dont l’insert « SS » pendant la scène de théâtre sur la guerre du Vietnam est ici une prémisse.

Lorsque le récit policier reprend son cours, c’est le début d’une saison en enfer. Ferdinand cherche Marianne, Marianne trouve Ferdinand, mais ils n’y croient plus et Godard filme des péripéties policières pour la galerie. Insensiblement, il se rapproche de la solution trouvée par Giono dans Un Roi sans divertissements face à l’impossibilité de vivre en suspens, de vivre sans divertissements : des batons de dynamites autour d’une tête. Mais cette fois, la citation n’est pas une éclipse du récit, elle en est l’inéluctable aboutissement. Ce drame de l’existence trouve dans la belle musique d’Antoine Duhamel un écho qui en répercute la beauté et la mélancolie. Il y a très peu de contrechamps dans ce film. Godard filme souvent Ferdinand et Marianne face à la caméra en plan fixe tandis que l’on entend les répliques de leur interlocuteur hors champ. Ils sont seuls face au monde et à leur désir de vivre.

Strum

PS : A sa sortie, Pierrot le fou fut interdit aux moins de dix-huit ans pour « anarchisme intellectuel et moral ».  Autre temps, autres moeurs. Après tout, plus d’un poète eut à subir les foudres de la censure.

PPS : Lors de la fête du début, Samuel Fuller apparait et définit le cinéma ainsi, définition qui s’applique très bien au cinéma de Fuller, moins certes à celui de Godard : « A film is like a battleground… it’s love, hate, action, violence, death… in one word: emotions« .

Cet article, publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Godard (Jean-Luc), est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Pierrot le fou de Jean-Luc Godard : éclipses du récit

  1. Martin dit :

    Salut, l’ami, et merci pour cette analyse d’un film que j’aime beaucoup, sans me sentir capable pourtant de mettre dessus des mots aussi Ferdi… euh… pertinents !

    La lumière de Raoul Coutard et les couleurs du film sont tout à fait exceptionnelles. Je trouve que la Nouvelle Vague fait du bien à Bébel. Il faut que je me décide à voir « À bout de souffle »…

    J'aime

    • Strum dit :

      Merci Martin. J’aime beaucoup la lumière de Raoul Coutard dans ce film aussi. A bout de souffle est un film vif non dénué de charme, mais c’est nettement moins bien que Pierrot le fou et surtout beaucoup moins beau. C’est surtout intéressant pour l’usage des jump cuts. Et il n’y a pas cette lumière.

      J'aime

    • Strum dit :

      Sinon, tu es le premier à commenter l’article qui a été peu vu. Je me trompe peut-être, mais j’ai l’impression que le public des films de Godard (qui n’a jamais été nombreux) s’est encore un peu plus réduit, comme si l’on se souvenait surtout du personnage public envahissant et peu sympathique (et encore même celui-ci fait peu recette ; voir l’échec public du film d’Hazanavicius) au détriment de certains de ses films.

      J'aime

      • Salut Strum,
        Le côté peu sympathique de JLG joue certainement en sa défaveur. Il y a aussi ses prises de positions politiques extrêmes qui, je pense, l’ont coupé d’une part du public. L’échec en 1967 de La chinoise tendrait à souligner cette perception. Ensuite, il n’a eu de cesse de s’enfermer dans ses idées et ainsi s’éloigner du commun des mortels. Et, cerise sur le gâteau, il est allé jusqu’à renier son cinéma pop des années 60, pourtant le plus populaire…
        Il est ainsi pour le moins paradoxal que ce cinéaste parmi les plus créatifs se soit installé dans un processus de destruction, voire d’autodestruction vis-à-vis de sa filmographie.

        J'aime

        • Strum dit :

          Hello InCine. En effet, c’est pour le moins dommage, mais c’est assez cohérent aussi avec son évolution politique et son reniement du cinéma en tant qu' »industrie de consommation » à ses yeux. Il récolte ce qu’il a semé. Il y a aussi peut-être un autre facteur, qui va au-delà de la faveur du public perdue volontairement par Godard : le peu de goût du public actuel pour les expérimentations autour du récit cinématographique comme Godard se plaisait à le faire.

          J'aime

          • Je partage ton opinion. Les expérimentations (et les mises en abimes) de Godard sont l’essence même de sa filmographie. Il faut visionner un film de Godard avec en tête le postulat d’assister à un exercice de traitement de tous les éléments composant le film (récit, images, bande-son, jeu des acteurs, etc.)
            On ne regarde pas un Godard comme on regarde un Hazanavicius (pour coller à l’actualité) ! Finalement, un Godard se ressent avant tout. Le spectateur doit faire cet « effort » sinon c’est voué à l’échec.
            Pour ma part, comme j’ai plaisir à le répéter, je préfère un film bancal prenant des risques dans son contenu et/ou sa forme (exemples : Godard, Von Trier, Grandrieux, Jarmusch, etc.) à un film bien ficelé mais dans lequel il n’y a aucune proposition cinématographique (exemples, pour leurs dernières œuvres : Spielberg, Almodovar, les frères Dardennes, etc.)…

            J'aime

            • Strum dit :

              Je suis bien d’accord avec toi sur le fond et j’aime aussi les films imparfaits – en revanche, je n’aime pas du tout le dolorisme de Lars Von Trier que tu cites et je pense que le dernier film d’Almodovar, Julieta, était superbe.

              J'aime

      • Kawaikenji dit :

        En effet voir/parler de Godard n’est plus du tout à la mode, aussi, merci de l’avoir fait

        J'aime

  2. J.R. dit :

    Salut,
    Autant j’ai revu récemment Bande à Part, et je l’ai trouvé affligeant, nullissime, autant ce Pierrot me plaît beaucoup : pour ses couleurs et sa mélancolie… seul problème avec les grands « déconstructivistes », à l’image d’Antiononi, c’est qu’ils sont incapables de répéter autre chose que leur déconstruction, comme en musique – je conseille cette leçon magistrale : https://www.youtube.com/watch?v=Yot1zZAUOZ4

    J'aime

    • Strum dit :

      Hello J.R. Pierrot le fou doit être le film qu’aiment ceux qui n’aiment pas forcément beaucoup Godard en général. C’est un film qui dépasse les collages et l’idée de la déconstruction du récit. En ce qui concerne Antonioni (je préfère encore Godard, ce dernier est plus vif), c’est l’Avventura qui remplit ce rôle. Sinon, merci pour le lien, j’essaierai de jeter un oeil.

      J'aime

  3. Ping : Le Redoutable de Michel Hazanavicius : la statue du Commandeur | Newstrum – Notes sur le cinéma

  4. Ping : Les Aventuriers de Robert Enrico : le prix de l’aventure | Newstrum – Notes sur le cinéma

  5. Ping : The Naked Kiss (Police Spéciale) de Samuel Fuller : le conte de fées était en noir | Newstrum – Notes sur le cinéma

  6. Ping : Un Roi sans divertissement de François Leterrier : Giono adaptateur et drame de l’ennui | Newstrum – Notes sur le cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s