Bilan de l’année 2018

Voici, à ce jour, mes films préférés de l’année 2018 (pour accéder aux critiques, cliquez sur les titres) :

  1. Une Affaire de famille d’Hirokazu Kore-eda
  2. Zama de Lucrecia Martel
  3. Phantom Thread de Paul Thomas Anderson
  4. Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret
  5. Leto de Kirill Serebrennikov
  6. Amanda de Mikhaël Hers
  7. Pentagon Papers de Steven Spielberg
  8. La Douleur d’Emmanuel Finkiel
  9. La Tendre indifférence du monde d’Adilkhan Yerzhanov
  10. The Guilty de Gustav Möller, First Man de Damien Chazelle, Mektoub my love d’Abdellatif Kechiche

Accessit : Burning de Lee Chang-dong

2018 est, plus encore que par le passé, une année difficile à déchiffrer. Netflix a produit ou distribué des cinéastes (les frères Coen, Cuaron) éconduits par des grands studios obsédés par leurs franchises commerciales, poursuivant le mouvement enclenché vers des canaux de distribution différenciés pour le cinéma. Les difficultés de financement du cinéma français perdurent de même que sa propension à négliger un peu le soin devant être apporté aux images, à l’exception de certains films. Le nombre d’oeuvres intéressantes sortant chaque semaine continue d’augmenter (les cinémas du monde n’y sont pas étrangers) et il devient difficile pour l’amateur non professionnel de les voir toutes. J’aurai raté plusieurs films que je souhaitais découvrir (ceux de Wang Bing, des Coen, de Cuaron, de Brac, de Ceylan notamment).

De cette mêlée est né dans la douleur le classement ci-dessus. Les critères de classement me guidant sont restés les idées de mise en scène et leur corrélation avec la sensibilité du réalisateur. Kore-eda domine cette liste grâce à un film qui synthétise avec beaucoup d’humanité plusieurs pans de son cinéma. Le suit le premier film de Lucrecia Martel depuis neuf ans sur la dissolution d’un homme dans un environnement hostile et un film de Paul Thomas Anderson sur lequel se sont penchés les mânes d’Henry James. Derrière ce trio de tête, j’ai trouvé beaucoup de charme à Mademoiselle de Joncquières et de sensibilité à Amanda, tandis que Pentagon Papers, film dont le fond est certes consensuel, doit sa place à la qualité de sa mise en scène, Spielberg oblige. Les bonnes surprises de cette année sont La Douleur, intelligente adaptation de Duras, Leto dont l’énergie et les personnages m’ont séduit et La Tendre indifférence du monde, un conte camusien venu du Kazakhstan. A la dixième place, trois films imparfaits et très différents les uns des autres, au fond discutable pour l’un même, mais que j’inclus dans ce classement car leurs visées sont là aussi servies par des idées de mise en scène. A contrario, j’ai été déçu par certains films, en particulier Burning de Lee Chang-dong dont j’attendais peut-être trop et qui échoue aux portes de cette liste. Bonne année de cinéma en 2019 à tous.

Strum

Cet article, publié dans Bilan 2018, cinéma, critique de film, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour Bilan de l’année 2018

  1. Je ne connais aucun des films que tu as cité donc cela sera justement l’occasion de faire des découvertes 🙂 J’ai bien aimé aussi le fait que tu argumentes tes choix de classement, ça nous permet de mieux comprendre ce que toi t’a plu ! Une très belle année de 2019 à toi aussi sous le signe de la découverte et du bonheur cinématographique 😊

    Aimé par 1 personne

  2. Salut Strum
    J’ai vu 5 des 12 films de ton top mais aucun n’appartiendra à mon Top 10 😉. Concernant ton film classé 1er, je publierai ma chronique demain sur mon blog. Il m’a moyennement convaincu.
    Concernant Roma de Cuaron, il n’a pas été produit par Netflix. Pour des raisons obscures (financières ?), les producteurs ont vendu les droits de distribution à Netflix qui ne l’a donc pas cofinancé et se contente de le diffuser sur sa plateforme. Il y a eu le même cas de figure pour Annihilation d’Alex Garland. Roma de Cuaron et La ballade de Buster Scrugg des frères Coen sont des films dispensables à mes yeux. Ils ne feront pas partie de mon top 10. Il faut que je me motive pour publier un article sur Roma !
    Pour Wang Bing, il faut surveiller les programmes d’Arte qui est coproducteur de la plupart des documentaires réalisés par ce très grand documentariste. Loin des médias et sans faire de bruit, Wang Bing bâtit une œuvre tout aussi exigeante qu’essentielle.

    J'aime

    • Strum dit :

      Hello InCiné, merci, je lirai avec attention ton top. Quelque chose que me dit que j’y trouverai un Wang Bing. Tu as l’avantage de voir des films sortant des sentiers battus. Sinon, tu as tout à fait raison concernant Roma, en effet Netflix ne l’a pas produit mais en a acheté les droits de distribution, droits essentiels de l’économie d’un film (y compris pour son financement en fait).

      J'aime

      • Je m’interdis de mettre Les âmes mortes de Wang Bing dans mon top annuel car je n’ai vu que la première des trois parties. Peut-être dans mon top 2019 s’il m’est donné de voir les parties 2 et 3 (soit 5h30 de visionnement) sur Arte par exemple.
        Oui, ma recherche de propositions cinématographiques me pousse invariablement à sortir des sentiers battus.
        En terme de box-office France, mon Top 10 va être famélique…

        J'aime

  3. Cornegidouille, je n’ai vu qu’un seul film parmi les 10 (le Kore-Eda qui a parfaitement sa place parmi les 10 même si peut-être pas en premier à mon avis).

    Je m’aperçois que je n’ai pas vu beaucoup de films qui sont sortis en 2018, ma liste personelle comporterait certainement Ladybird de Greta Gerwig, Le poirier sauvage du nuri Bilge Ceylan. Et Faute d’amour de Zvyaginstsev, c’est 2017 ou 2018 (il est sorti en janvier dernier chez nous) ?

    En tous cas, bonne année cinéma à tous.

    J'aime

    • Ah, et j’oubliais, tout à fait d’accord – Strum – avec ton laïus sur les studios hollywoodiens et Netflix. Le phénomène Netflix est très inquiétant pour le cinéma qui, à mon avis, ne sera plus jamais le même si la diffusion en salle venait à disparaître.

      J'aime

      • Strum dit :

        Ce qui est inquiétant pour moi, ce n’est pas Netflix, c’est ce qui y a conduit : la démission des grands studios qui ne produisent plus ou ne distribuent plus les cinéastes ayant des projets ambitieux et sont obsédés par les retours sur investissements promis par les franchises de super-héros.

        Aimé par 1 personne

        • Oui, en phase. Netflix permet de voir et pour certains, de financer, des films qui ne trouvent pas les financiers dans le réseau « classique » ou de diffuser des films retoqués par leurs producteurs (cf. cas de Annihilation de Garland qui aurait mérité un visionnement sur grand écran).
          Et puis pour Roma, une sortie en DVD/BR n’est pas à exclure. C’est ce qui s’est produit pour Annihilation.

          J'aime

    • Strum dit :

      Faute d’amour, c’est 2017, je l’avais même inclus dans ma liste de l’an dernier. J’avais oublié Lady Bird qui aurait pu trouver sa place dans l’embouteillage de la 10e place. J’ai raté Le poirier sauvage que j’aurais bien aimé voir d’ailleurs.

      J'aime

  4. princecranoir dit :

    Comme toi, je place dans ma sélection 1, 3, 4, 7 et j’aime cet embouteillage de dernières places qui permet au First Man de poser un pied sur ce podium.
    Pour l’avoir vu très récemment, je pense que « Roma » s’y serait ajouté en ce qui me concerne.

    Aimé par 1 personne

  5. Ronnie dit :

    Hello Strum !
    Pas vu grand chose de ton Top, à l’exception du bon ‘Pentagon Papers’ & du nullissime ‘The Guilty’. 😉
    Mon film préféré cette année 2018 : ‘La Ballade de Buster Scruggs’ & raccord total avec les 2 frères concernant Netflix. ( Voir en lien plus bas )
    Beaucoup aimé aussi le ‘Bad Times at the El Royale’; ( Mes 2 prochains achat Blu-ray pour tt dire.)
    http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18677043.html
    ++

    Aimé par 1 personne

    • Strum dit :

      Salut Ronnie, d’accord avec toi et les Coen concernant Netflix. Le problème aujourd’hui, ce n’est pas Netflix (qui a au contraire une utilité) mais la politique des grands studios. Je verrai de toute façon le film des Coen Bros !

      Aimé par 1 personne

  6. princecranoir dit :

    Netflix est sans doute une alternative temporaire pour ce type de productions. Par contre, hormis l’intérêt marketing qu’il apporte à la plate-forme, je ne suis pas certain que l’affaire soit tellement rentable pour eux, ce qui à mon avis compromet ce modèle à long voire moyen terme.

    J'aime

  7. Pascale dit :

    A part les 3 que je n’ai pas vus (Zama, La tendre indifférence du monde (à regret), Mektoub (Sans l’ombre d’un regret) tous les autres sont dans mon classement. Mais je n’ai pas réussi à m’en tenir à 10.

    Aimé par 1 personne

  8. lorenztradfin dit :

    Et à moi ce classement me plait (nettement) mieux que celui des Cahiers du Cinéma….. ! Je préfère personnellement de même pas essayer de dresser une ranking….. et vive les embouteillages !

    Aimé par 1 personne

    • Strum dit :

      Ce genre de top n’est de toute façon jamais satisfaisant et donc vive les embouteillages en effet ! D’ailleurs, je rajoute Burning en accessit que j’avais oublié de mentionner.

      J'aime

  9. J.R. dit :

    Je suis complètement dépassé… et ton top pour l’année 1919, sinon.
    PS : Je suis quand même allé 4 fois au cinéma en 2018 : j’ai vu Pentagon Papers, un Homme Intègre (qui a dû sortir l’année précédente en plus), The Sisters Brothers et Une Affaire de famille… Ils intègrent tous mon top 4, sans ordre de préférence : )

    J'aime

    • Strum dit :

      Quatre, c’est déjà ça ! 🙂 Il faut voir le verre à moitié plein. Les tops pour les années classiques du cinéma … ce serait trop de travail et de noeuds au cerveau pour moi. 😉

      J'aime

  10. Martin dit :

    Six films vus parmi ceux que tu re-cites ici ! Et l’envie de rattraper quelques autres, dont le numéro 1, que je n’ai pas encore eu l’occasion de voir…

    Belles années, Strum ! Je parle de ton année cinéma passée, qui me plaît par sa diversité de genre et de pays. Je parle aussi de celle qui vient de commencer, que je te souhaite réussie et épanouissante, devant les grands écrans blancs ou ailleurs 😉

    J'aime

    • Strum dit :

      Merci Martin ! Excellente année à toi également. Je ne crois pas que de ton côté tu te sois déjà livré à l’exercice difficile du top 10 pour l’année passée. Je te conseille en tout cas bien volontiers le premier film de ma liste.

      J'aime

  11. Carole Darchy dit :

    Et bien 8 films en commun avec toi ! Il te manque « L’insulte » qui est mon numéro un sans hésitation. Une affaire de famille en deux, Phantom Thread en 3, la douleur en 4 et The Guilty en 5. J’aurais mis dans le top 10, the third murder.

    J'aime

  12. Benjamin dit :

    Et non, on ne peut voir tous les films. Le choix est triste. Amanda ne m’attirait guère mais à l’occasion je ne dis pas non. Mektoub my love est arrivé souvent dans les tops des cinéphiles, là encore un film négligé de ma part. Content de trouver quelques films en commun tout de même, ce que tu avais déjà relevé, et Leto en premier lieu.

    Mais de tous ceux de ta liste c’est l’Argentin qui m’interpelle le plus, à voir donc !

    J'aime

Répondre à J.R. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s