Archives de l’auteur : Strum

Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret : désir inconstant et effacement

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020) d’Emmanuel Mouret, est bâti comme un roman du XVIIIe siècle, plus encore que Mademoiselle de Joncquières qui adaptait pourtant un des récits de Jacques le Fataliste de Diderot. On y trouve … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, Cinéma français, critique de film, Mouret (Emmanuel) | Tagué , , , , , , , , | 6 commentaires

Un Revenant de Christian-Jacque : l’éternité n’a qu’un temps

Premier film que tourne Louis Jouvet à son retour d’Argentine, au sortir de la seconde guerre mondiale, Un Revenant (1946) de Christian-Jaque contient plusieurs caractéristiques que l’on retrouvera dans plus d’un film français jusqu’à l’avènement de la Nouvelle Vague : … Lire la suite

Publié dans Christian-Jaque, cinéma, Cinéma français, critique de film | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

Maine Océan de Jacques Rozier : le roi de la Samba

Rares sont les films qui parviennent à susciter le sentiment de la liberté. Car les événements d’un film s’inscrivent habituellement dans un récit suivant une logique de cause à effet. Maine Océan (1985) de Jacques Rozier fait partie de ces … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rozier (Jacques) | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Inspecteur de service de John Ford : une journée (trop) chargée

John Ford réalisant un film britannique sur un inspecteur de Scotland Yard, de surcroît dans un genre policier qui lui est largement étranger, voilà qui peut surprendre. C’est pourtant ce à quoi il s’attela en 1958, alors qu’il cherchait un … Lire la suite

Publié dans cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Ford (John) | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Tenet de Christopher Nolan : boum boum indéterminé

Les films de Christopher Nolan reposent sur des concepts fondés sur ces paradoxes temporels que la physique quantique a révélés et qui semblent remettre en cause certains principes de la thermodynamique. Depuis deux films, Dunkerque et surtout Interstellar, il était … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Nolan (Christopher) | Tagué , , , , , , , , , | 27 commentaires

Fleurs d’équinoxe de Yasujirô Ozu : une défaite et une victoire

On ressent dans Fleurs d’équinoxe (1958) comme une secrète gravité, comme quelque chose que le film est sur le point de nous dire et que nous ne saurons jamais. Chaque plan semble contenir son propre secret chuchoté au creux de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Ozu (Yasujirō) | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Le Jouet de Francis Veber : pères et jouets

Le Jouet (1976) est à la fois le premier film de Francis Veber et le dernier qui ait ce ton singulier, entre humour proche de l’absurde et observation sociale. L’argument de départ repose sur un postulat original : Eric, le … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Veber (Francis) | Tagué , , , , , , , | 19 commentaires

Le Sucre de Jacques Rouffio : farce chez les spéculateurs

Comme Sept morts sur ordonnance (1975), Le Sucre (1978) de Jacques Rouffio s’inspire « d’une histoire vraie » selon la formule consacrée. Georges Conchon, secrétaire des débats au Sénat aux velléités littéraires et aux sympathies socialistes, se fait dans les deux films … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rouffio (Jacques) | Tagué , , , , , , , , | 12 commentaires

Des Jours et des nuits dans la forêt de Satyajit Ray : orgueils et préjugés

Ce qui rend les films de Satyajit Ray uniques, c’est en particulier la confrontation qu’il y organise entre le temps de la campagne et le temps de la ville, l’orgueil de l’homme et la conscience d’elle-même de la femme, les … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

La Lettre inachevée de Mikhaïl Kalatozov : la caméra héroïque

On pense parfois devant La Lettre inachevée (1960) de Mikhaïl Kalatozov aux témoignages rassemblés par Svetlana Alexievitch dans ses livres (La Supplication, La Fin de l’homme rouge) qui font comprendre combien la propagande dans l’ancienne Union soviétique reposait sur l’héroïsation … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Kalatozov (Mikhaïl) | Tagué , , , , , , , , | 4 commentaires