Archives de catégorie : cinéma américain

Indiscret de Stanley Donen : sauver les apparences

Indiscret (1958) de Stanley Donen dispense plusieurs plaisirs. Le premier est de revoir Cary Grant et Ingrid Bergman ensemble, douze ans après Les Enchaînés d’Hitchcock. Le deuxième est de surprendre son spectateur puisque le film passe d’un ton assez grave … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Donen (Stanley) | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une Vie cachée de Terrence Malick : accaparés

On trouve dans Une Vie cachée (2019) de Terrence Malick une série d’accaparements exclusifs. Fani (Valerie Pachner), l’épouse fidèle, accaparée par son amour pour Franz (August Diehl) ; Franz, l’objecteur de conscience inflexible, accaparé par son amour pour Dieu ; … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Malick (Terrence) | Tagué , , , , , , , , | 20 commentaires

Les 39 Marches d’Alfred Hitchcock : en fuite

Cela commence par un secret, comme il y en a presque toujours chez Hitchcock. Un secret vital pour la défense aérienne du Royaume-Uni en cette décennie 1930 où prospèrent les totalitarismes. On dit toujours, prêtant crédit aux propos du réalisateur, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Hitchcock (Alfred) | Tagué , , , , , , , , , | 16 commentaires

L’Homme qui en savait trop d’Alfred Hitchcock : version américaine – Que sera, sera ?

Dans le remake américain de L’Homme qui en savait trop (1956), les plans ne défilent plus de manière latérale comme dans son prédécesseur anglais. Par des travellings ou des zooms, selon le cas, Hitchcock plonge à l’intérieur de l’image à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Hitchcock (Alfred) | Tagué , , , , , , , , , | 15 commentaires

L’Homme qui en savait trop d’Alfred Hitchcock : version anglaise

Découvrir le premier Homme qui en savait trop (1934) avec en tête les images de son remake américain de 1956 est plein d’enseignements. On y découvre un Hitchcock plus occupé par le découpage du récit que par la réalité de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Hitchcock (Alfred) | Tagué , , , , , , , , , , | 15 commentaires

L’Inconnu du Nord-Express d’Alfred Hitchcock : le double

Dans L’Ombre d’un doute (1943), l’Oncle Charlie était un faux jumeau de sa nièce Charlie. Dans L’Inconnu du Nord-Express (Strangers on a train) (1951), Bruno (Robert Walker) est un vrai double du joueur de tennis Guy Haines (Farley Granger). C’est … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, cinéma américain, critique de film, Hitchcock (Alfred), Littérature | Tagué , , , , , , , , , | 10 commentaires

Une Femme disparaît d’Alfred Hitchcock : composite

Dans Une Femme disparaît (1938), son avant-dernier film anglais avant sa période américaine, Alfred Hitchcock entreprend plusieurs choses à la fois, ce qui ne surprendra nullement ses admirateurs : opposer la liberté des moeurs à la liberté menacée de l’Europe … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Hitchcock (Alfred) | Tagué , , , , , , , , , | 7 commentaires

Boyhood de Richard Linklater : (im)permanence

Boyhood (2014) est l’étonnant précis de la vie d’un jeune homme, que Richard Linklater a filmé de sept à dix-neuf ans au Texas, Etat dont le réalisateur est originaire. Il ne s’agit pas d’un documentaire puisque Linklater a construit un … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Linklater (Richard) | Tagué , , , , , , , | 12 commentaires

L’Ombre d’un doute d’Alfred Hitchcock : perspectives

Ouverture : des couples aisés dansent au son de La Veuve Joyeuse de Franz Lehar ; images bienheureuses que suivent deux plans : des mendiants écrasés par la perspective d’un grand pont, de vieux pneus agonisant à ciel ouvert. La … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Hitchcock (Alfred) | Tagué , , , , , , , , | 29 commentaires

Joker de Todd Phillips : rectiligne

Joker (2019) de Todd Phillips est un film-personnage : tout ce que nous percevons passe par le prisme de l’esprit dérangé de son personnage principal, Arthur Fleck, enfant adopté violenté, adulte méprisé et affligé d’un handicap qui le fait ricaner … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Phillips (Todd) | Tagué , , , , , | 13 commentaires