Archives de catégorie : cinéma américain

Once upon a time… in Hollywood de Quentin Tarantino : cinéma alternatif

Once upon a time… in Hollywood (2019) est une visite guidée dans le Hollywood de 1969, celui des séries, des stars vieillissantes et solitaires, des fêtes hollywoodiennes, des plateaux de studio et des caravanes, des hippies vivant à la marge. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Tarantino (Quentin) | Tagué , , , , , , , , | 20 commentaires

The Swimmer de Frank Perry : retour à la réalité

The Swimmer (1968) est peut-être le plus beau film du Nouvel Hollywood qui ne soit pas (tout à fait) du Nouvel Hollywood, pont entre l’ancien cinéma américain et le nouveau. Le film raconte le progressif dessillement d’un homme qui a … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Perry (Frank) | Tagué , , , , , , | 15 commentaires

Midsommar d’Ari Aster : cauchemar de la blancheur

Âmes sensibles s’abstenir. Midsommar (2019) d’Ari Aster, entraîne le spectateur dans un maelström sensoriel qui entend restituer subjectivement les sensations des personnages, et en particulier de Dani (Florence Pugh), jeune américaine devant faire face au traumatisme du suicide de sa … Lire la suite

Publié dans Aster (Ari), cinéma, cinéma américain, critique de film | Tagué , , , , , , | 12 commentaires

Pandora d’Albert Lewin : mythes et cinéma

Pandora (1951), film baroque et littéraire, voire littéral, part de la mythologie pour lui substituer un mythe moderne : celui de l’actrice hollywoodienne, ici incarnée par Ava Gardner. Albert Lewin y organise l’étrange rencontre d’un mythe grec, celui de Pandore, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Lewin (Albert) | Tagué , , , , , , , , | 9 commentaires

Chaînes conjugales (A letter to three wives) de Joseph L. Mankiewicz : ensemble malgré tout

Dès les premières lignes de la voix off, Mankiewicz annonce la couleur : « Any situation or character might be fictitious, any resemblance to you or me might be coincidental ». L’habituelle précaution rhétorique par laquelle un auteur se défend de s’être s’inspiré … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Mankiewicz (Joseph) | Tagué , , , , , | 13 commentaires

Le Château du dragon de Joseph L. Mankiewicz : s’échapper du décor

C’est avec Le Château du dragon (Dragonwyck) (1946), que le scénariste Joseph L. Mankiewicz commença sa carrière de réalisateur et l’on peut d’ores et déjà y déceler sa façon de raconter l’itinéraire d’un personnage dans un monde hostile. Le récit … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Mankiewicz (Joseph) | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

L’Aventure de Mme Muir (The Ghost and Mrs. Muir) de Joseph L. Mankiewicz : murmure de la vie de Lucy Muir/Gene Tierney

L’Aventure de Mme Muir (1947) de Joseph L. Mankiewicz est l’un des plus beaux films du monde. Dans la scène d’ouverture, la caméra part de loin, traverse la rue encombrée en glissant sur la musique mélancolique de Bernard Herrmann, pour … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Mankiewicz (Joseph) | Tagué , , , , , , , , | 36 commentaires

Lame de fond de Vincente Minnelli : autre monde et formule chimique

Dans Lame de fond (Undercurrent) (1946), Vincente Minnelli aborde son thème favori, à savoir la primauté du rêve sur la réalité, à travers une intrigue que n’aurait pas renié Hitchcock. Les prémisses du film font d’ailleurs penser à Rebecca (1940) … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Minnelli (Vincente) | Tagué , , , , , , , , , | 6 commentaires

Les Vikings de Richard Fleischer : « Odin ! »

Dans Les Vikings (1958), Richard Fleischer organise la rencontre des grandes fresques hollywoodiennes des années 1950 et de l’âpreté du cinéma des années 1960. Les images de la cour du roi Aella, les scènes avec la sorcière Kitala, sont éclairées … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Fleischer (Richard) | Tagué , , , , , , , , , | 15 commentaires

Scaramouche de George Sidney : deux duels et un bel enfant

Scaramouche (1952), c’est un duel de plus de six minutes (huit semaines de tournage, 110 plans, 87 passes d’armes), où deux comédiens, deux danseurs plutôt, ferraillent au théâtre devant un parterre interdit, jaillissant des loges, virevoltant dans le grand escalier, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Sidney (George) | Tagué , , , , , , , , , , , , | 13 commentaires