Archives de catégorie : cinéma asiatique

Des Jours et des nuits dans la forêt de Satyajit Ray : orgueils et préjugés

Ce qui rend les films de Satyajit Ray uniques, c’est en particulier la confrontation qu’il y organise entre le temps de la campagne et le temps de la ville, l’orgueil de l’homme et la conscience d’elle-même de la femme, les … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Le Pornographe de Shohei Imamura : voyeur misanthrope

Que l’on n’aille pas imaginer à la lueur de ce titre un film égrillard. Au contraire : si un film pouvait dissuader de recourir à la pornographie, ce pourrait être celui-ci. Le titre original japonais rend mieux compte des intentions … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Imamura (Shohei) | Tagué , , , , , , | 4 commentaires

The Chaser de Na Hong-jin : sordide

The Chaser relate une course-poursuite entre un proxénète et un tueur en série qui a enlevé une de ses prostituées. L’enjeu du film est de savoir si le proxénète parviendra à sauver sa « fille » des griffes du sadique, avant que … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma coréen, critique de film, Na (Hong-Jin) | Tagué , , , , , , | 15 commentaires

La Rue de la honte de Kenji Mizoguchi : les prisonnières

Du premier au dernier plan, les femmes de La Rue de la honte (1956) sont cernées. Elles sont prisonnières du quartier de Yoshiwara, le quartier des plaisirs de Tokyo, que le générique d’ouverture nous a montré vu du ciel. Elles … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Mizoguchi (Kenji) | Tagué , , , , , , , , | 7 commentaires

Kaïro de Kiyoshi Kurosawa : histoire de fantômes japonais ou la nouvelle Tlön

Dans sa nouvelle Tlön, Uqbar, Orbis Tertius, Jorge Luis Borges imagine la disparition progressive du monde matériel au profit du monde fictif de Tlön, dont les habitants, les artefacts, la culture, finissent par envahir la réalité première puis s’y substituer, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Kurosawa (Kiyoshi) | 7 commentaires

Black Coal de Diao Yi’nan : froid noir

Black Coal (2014) de Diao Yi’nan, dont Le Lac aux oies sauvages est récemment sorti sur nos écrans, est un polar chinois fuligineux et glacial. On peut relier superficiellement le film (comme l’a fait la critique à sa sortie) au … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma chinois, critique de film, Diao (Yi'nan) | Tagué , , , , , , , , | 10 commentaires

Perfect Blue de Satoshi Kon : perceptions et duplications

Précédé d’une réputation flatteuse, Perfect Blue (1997) de Satoshi Kon ne se montre pas tout à fait à la hauteur des attentes. S’il s’agissait de démontrer que le cinéma d’animation japonais est capable de produire des films aussi adultes, aussi … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Kon (Satoshi) | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Séjour dans les monts Fuchun de Gu Xiaogang : au bord de l’eau, au fil du temps

Pour qui douterait encore que le cinéma chinois est aujourd’hui celui qui filme le mieux l’inscription de l’homme dans le paysage, qu’il soit urbain ou rural, il faut voir le très beau Séjour dans les monts Fuchun de Gu Xiaogang. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma chinois, critique de film, Gu (Xiaogang) | Tagué , , , , , , | 5 commentaires

Au Bout du monde de Kiyoshi Kurosawa : expériences de la liberté

Dans Au bout du monde (2019), Kiyoshi Kurosawa filme une femme seule : Iwao (Atsuko Maeda, une pop star japonaise), qui enregistre une émission de voyage en Ouzbékistan pour la télévision japonaise. Si seule qu’elle agit de façon robotique pendant le … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Kurosawa (Kiyoshi) | Tagué , , , , , , , | 9 commentaires

Quand une Femme monte l’escalier de Mikio Naruse : une femme qui se respecte

« Une femme qui se respecte doit être difficile », c’est forte de cet aphorisme que Mama (Hideo Takamine) refuse de céder aux avances des hommes qui l’entreprennent dans Quand une femme monte l’escalier (1960). Jeune veuve, elle est devenue hôtesse de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Naruse (Mikio) | Tagué , , , , , , , , , | 3 commentaires