Archives de catégorie : cinéma européen

La Strada de Federico Fellini : naissance de la conscience

Federico Fellini qui naquit à Rimini fut un homme de la mer. La Dolce Vita et Huit et demi se terminaient sur une plage, lieu d’un possible recommencement. C’est là où débute et finit La Strada (1954). Entre ces deux … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Fellini (Federico) | Tagué , , , , , , , , | 19 commentaires

La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino : Fellini recyclé

La Grande Bellezza (2013) doit tout ou presque à Fellini et ce n’est pas un hasard si Paolo Sorrentino emprunte ici un des titres de travail de La Dolce Vita. Du point de vue de la mise en scène, cette influence est patente, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Sorrentino (Paolo) | Tagué , | 31 commentaires

Leto de Kirill Serebrennikov : l’été sans fin du rock

Leto (2018) réussit là où Cold War échouait : utiliser le noir et blanc pour faire revivre un temps révolu derrière le rideau de fer en le rendant au présent. Kirill Serebrennikov y raconte l’ascension en 1980, sous Brejnev et … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Serebrennikov (Kirill) | Tagué , , , , , , , | 17 commentaires

L’Homme de Berlin (The Man Between) de Carol Reed : entre les deux

On retrouve dans L’Homme de Berlin (1953) un portrait d’homme traqué tel que Carol Reed les affectionnait. Le cadre en est le Berlin d’après-guerre où commençaient d’un côté les défections pour l’Ouest, de l’autre les enlèvements commandités par Berlin Est. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Reed (Carol) | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires

Huit heures de sursis (Odd Man out) de Carol Reed : film noir chuchoté

Johnny McQueen (James Mason), terroriste irlandais ayant passé 17 années en prison, commet un cambriolage qui tourne mal : Johnny tue un caissier et est blessé au bras. Le voici contraint de se cacher dans la ville que la police … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Reed (Carol) | Tagué , , , , , , , | 17 commentaires

Les Camarades de Mario Monicelli : en grève

Dans Les Camarades (1963), la déveine continue de poursuivre le groupe de personnages filmé par Mario Monicelli. Comme dans Le Pigeon et d’autres films, ils ne parviennent pas à leurs fins. Nulle trace ou presque dans ce drame de cette … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Monicelli (Mario) | Tagué , , , , , , | 7 commentaires

Cold War de Pawel Pawlikowski : un amour fragmenté

Du propre aveu de Pawel Pawlikowski, Cold War (2018) s’inspire en partie de l’histoire de ses parents. Aussi éprouve-t-on quelques scrupules a écrire que le souffle et les émotions du romanesque font souvent défaut au film. Critique paradoxale car Cold … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma polonais, critique de film, Pawlikowski (Pawel) | Tagué , , , , , , , , | 22 commentaires

Le Pigeon de Mario Monicelli : les bras cassés

Des grands cinéastes de la comédie à l’italienne, Mario Monicelli fut le plus drôle. On peut à nouveau s’en convaincre en revoyant Le Pigeon (1958). Si c’est un film qui, avec d’autres, annonce le genre à venir, c’est aussi et surtout … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Monicelli (Mario) | Tagué , , , , , , , , , , | 22 commentaires

Le Fanfaron de Dino Risi : excès de cynisme

Dans la filmographie de Dino Risi, Le Fanfaron (1962) se situe juste après son chef-d’oeuvre Une Vie difficile (1961) et bien que sa notoriété en France soit supérieure à ce dernier, la comparaison entre ces deux classiques tourne à l’avantage du film … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Risi (Dino) | Tagué , , , , , , , | 11 commentaires

Le Septième sceau d’Ingmar Bergman : visions de l’artiste

La Mort et un chevalier jouent aux échecs sur une plage de fin du monde. « Tu as les noirs » dit le chevalier. « C’est ma couleur », répond la Mort. Antonius Block (Max von Sydow), de retour des croisades, prétend jouer avec … Lire la suite

Publié dans Bergman (Ingmar), cinéma, cinéma européen, cinéma suédois, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 13 commentaires