Archives de catégorie : cinéma italien

Sandra de Luchino Visconti : retour vers le passé

Sandra (Vaghe stelle dell’Orsa…) (1965) suit immédiatement Le Guépard (1963) dans la filmograhie de Luchino Visconti et c’est comme s’il passait de la splendeur du jour au coeur d’une nuit noire. Dans Le Guépard, il filmait une terre aride mais gorgée … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Visconti (Luchino) | Tagué , , , , , , , , | 6 commentaires

Rocco et ses frères de Luchino Visconti : un opéra dostoïevskien

Est-ce seulement un film ? Est-ce aussi un opéra ? Rocco et ses frères (1960) de Luchino Visconti, divisé en cinq actes, un par frère, éclairé par le grand Giuseppe Rotunno comme l’on éclairerait le champ de la fatalité humaine, … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Dostoïevski (Fedor), Littérature, Visconti (Luchino) | Tagué , , , , , , , , , , | 24 commentaires

Le Jardin des Finzi-Contini de Vittorio de Sica : tombeaux

Ce livre est un tombeau. Ce film est un tombeau. Le Jardin des Finzi-Contini de Giorgio Bassani, l’un des plus beaux livres de la littérature italienne, s’ouvre sur un prologue où le narrateur visite avec des amis une tombe étrusque … Lire la suite

Publié dans Adaptation, Bassani (Giorgio), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, De Sica (Vittorio), Littérature, livres | Tagué , , , , , , , , , , | 8 commentaires

Quatrième anniversaire

Quatrième anniversaire de ce blog qui poursuit bon an mal an son petit bonhomme de chemin, sans autre ambition que de me faire plaisir et de faire plaisir. Pas de changement notable l’année passée, me semble-t-il, si ce n’est moins … Lire la suite

Publié dans Anniversaire, cinéma, Scola (Ettore) | Tagué | 43 commentaires

Martin Eden de Pietro Marcello : histoire d’un autodidacte

Dans une adaptation, l’esprit compte davantage que la lettre. En transposant Martin Eden dans la Naples de la première moitié du XXe siècle, Pietro Marcello conserve du très beau roman de Jack London l’essentiel : le feu qui anime ce … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Littérature, livres, London (Jack), Marcello (Pietro) | Tagué , , , , , , , , , , | 8 commentaires

Le Traître de Marco Bellocchio : l’homme d’honneur

Dans Le Traître, Marco Bellocchio raconte tout à la fois une page de l’histoire de l’Italie et le destin d’un homme, Tommaso Buscetta, mafioso repenti qui permit au juge Falcone de mener à bien l’instruction ayant conduit au « maxi-procès » de … Lire la suite

Publié dans Bellocchio (Marco), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , , , | 26 commentaires

Six Femmes pour l’assassin de Mario Bava : des statues pour un giallo

Dans le beau générique de Six Femmes pour l’assassin (1964) de Mario Bava, les personnages apparaissent figés, pareils à des statues de cire exposées dans une galerie éclairée de lumières rouges et jaunes. Bava invente ici, sans le savoir, le premier … Lire la suite

Publié dans Bava (Mario), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Le Professeur de Valerio Zurlini : un homme en quête de pureté

Le Professeur (1972) de Valerio Zurlini, qui a été présenté en version longue et restaurée à Cannes Classics cette année, est un film magnifique. C’est l’histoire d’un homme en quête de pureté. Au début du film, Daniele Dominici arrive à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Zurlini (Valerio) | Tagué , , , , , , , , , , , | 5 commentaires

Le Corps et le fouet de Mario Bava : les couleurs du fantastique

Ici, une lueur verte ; là, un rouge ondoyant ; au fond du cadre, à gauche, une paroi violacée ; devant, un velours couleur or. Dans Le Corps et le fouet (1963) de Mario Bava, les images sont composites, semblent … Lire la suite

Publié dans Bava (Mario), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 5 commentaires

Mafioso d’Alberto Lattuada : inéluctable

Considérer les choses comme « déjà arrivées ». C’est ainsi que Don Vincenzo, parrain sicilien, expose à Antonio Badalamenti (Alberto Sordi) les termes de la proposition qui lui est faite. Il s’agit de rendre « un petit service à la mama », qui rétribuera … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Lattuada (Alberto) | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires