Archives de catégorie : cinéma russe ou soviétique

Leto de Kirill Serebrennikov : l’été sans fin du rock

Leto (2018) réussit là où Cold War échouait : utiliser le noir et blanc pour faire revivre un temps révolu derrière le rideau de fer en le rendant au présent. Kirill Serebrennikov y raconte l’ascension en 1980, sous Brejnev et … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Serebrennikov (Kirill) | Tagué , , , , , , , | 17 commentaires

Tesnota, une vie à l’étroit de Kantemir Balagov : une prisonnière et une vidéo de propagande

Il y a trois principales choses à savoir sur Tesnota, une vie à l’étroit de Kantemir Balagov. Premièrement, le film révèle une comédienne extraordinaire, Darya Zhovnar. Deuxièmement, Balagov y fait preuve d’une capacité à raconter son film par des idées … Lire la suite

Publié dans Balagov (Kantemir), cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film | Tagué , , , , , , | 13 commentaires

Le Quarante et unième de Grigori Tchoukhraï : la rouge et l’officier blanc

Le Quarante et unième (1956) de Grigori Tchoukhraï est l’un des plus beaux films du dégel soviétique qui a suivi la mort de Staline en 1953. Première oeuvre du cinéaste, mais onzième de Sergueï Ouroussevski, le génial chef opérateur de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Tchoukhraï (Grigori) | Tagué , , , , , , | 27 commentaires

Les Chevaux de feu de Sergueï Paradjanov : où brûlent des instants de vie

Dans les Chevaux de feu (1964) du cinéaste soviétique d’origine arménienne Sergueï Paradjanov, une philosophie de l’instant rencontre le panthéisme des Houtsoules d’Ukraine. Les plans, faits de couleurs vives et de passions violentes, représentent des instants et non des durées, et le … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, cinéma ukrainien, critique de film, Paradjanov (Sergueï) | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Solaris d’Andreï Tarkovski : rencontre avec un dieu infirme

« A dix-neuf heures, temps du bord, je me dirigeai vers l’aire de lancement » : en 1961, dans une langue neutre, prosaïque, truffée de termes scientifiques, l’écrivain polonais Stanislas Lem posait dans Solaris cette question : la connaissance humaine peut-elle embrasser … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Lem (Stanislas), Littérature, livres, Tarkovski (Andreï) | Tagué , , , , , , , , , | 9 commentaires

Faute d’Amour d’Andreï Zviaguintsev : hiver

  Un couple se sépare. L’enfant fugue. C’est ainsi que l’on pourrait résumer Faute d’Amour (2017) d’Andreï Zviaguintsev. Mais ce synopsis ne nous dit pas l’essentiel : l’hiver du coeur qui est tombé sur le monde du film. D’emblée, des … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Zviaguintsev (Andreï) | Tagué , , , , , | 17 commentaires

Le Retour d’Andreï Zviaguintsev : un héritage de violence

Dans Le Retour (2003) d’Andreï Zviaguintsev, un père revient après douze ans d’absence et emmène ses enfants en voyage avec l’assentiment muet de sa femme. Ce père est regardé comme un Dieu par sa femme et ses enfants. Lors du … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Zviaguintsev (Andreï) | Tagué , , , , , | 7 commentaires

Le Repentir de Tenguiz Abouladzé : conte au pays des Goulags

Il y a dans l’URSS totalitaire de Staline quelque chose qui défie l’entendement et que l’on peine à se figurer par la raison. Aussi est-ce souvent par la parabole ou le fantastique que les artistes ont tenté de représenter le … Lire la suite

Publié dans Abouladzé (Tenguiz), cinéma, Cinéma géorgien, cinéma russe ou soviétique, critique de film | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

La Ballade du Soldat de Grigori Tchoukhraï : éloge de la fidélité

Dans Quand passent les cigognes (1957), Mikhaïl Kalatozov faisait le portrait d’une femme qui attendait son fiancée pendant la Seconde Guerre Mondiale et qui, sous la contrainte, s’avérait infidèle. Dans La Ballade du Soldat (1959), Grigori Tchoukhraï fait au contraire l’éloge de la … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Tchoukhraï (Grigori) | Tagué , , , , | 9 commentaires

Dersou Ouzala d’Akira Kurosawa : chant d’un monde disparu

Le premier coup de génie d’Akira Kurosawa lorsqu’il adapte Dersou Ouzala, récit de l’ethnographe et topographe russe Vladimir Arseniev, c’est d’avoir commencé son film par la fin du livre. Nous sommes en 1910 : Arseniev, officier de l’armée russe, revient à Korfovskaïa, dans … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Kurosawa (Akira) | Tagué , , , , , | 25 commentaires