Archives de catégorie : cinéma

Le Grand Silence de Sergio Corbucci : Ennio Morricone au pays des morts

Le Grand Silence (1968) de Sergio Corbucci est l’un des rares « westerns-spaghetti » qui tient toutes ses promesses. Ce genre, censé être moins manichéen que les westerns américains, en ceci qu’il montrerait des cow-boys sales, violents, sans foi ni loi, motivés … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, Corbucci (Sergio), critique de film | Tagué , , , , , , , , , | 4 commentaires

Elephant Man de David Lynch : rien ne meurt

Il est souvent dit qu’Elephant Man (1980) est le film le plus classique, le plus linéaire, de David Lynch, comme s’il s’agissait d’une réserve. Or, non seulement il s’agit peut-être de son plus beau film mais en outre ce récit … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Lynch (David) | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

Justin de Marseille de Maurice Tourneur : Une vérité si belle qu’on la prend de loin pour un mensonge

Par quel caprice du destin, ce film n’est-il pas davantage connu ? Qu’est-ce qui fait que l’on a notamment retenu le « réalisme poétique » dans le cinéma français des années 1930 alors que le précède la poésie du réalisme que fait … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Tourneur (Maurice) | Tagué , , , , , , , , | 3 commentaires

Elena d’Andreï Zviaguintsev : graines pourries

Telle que radiographiée par Andreï Zviaguintsev, la société russe post-communiste est un champ de ruines. L’idéologie délétère du communisme a fortifié les préjugés des uns et des autres envers les classes sociales et laissé croire que seul l’Etat pouvait agir … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Zviaguintsev (Andreï) | Tagué , , , , , | 4 commentaires

Le Val d’enfer de Maurice Tourneur : en famille

Voici sans doute l’un des plus beaux films français tournés sous l’occupation, l’un des meilleurs de Maurice Tourneur, cet inconnu parmi les grands cinéastes français, dont on connait davantage le fils en raison de sa brillante carrière américaine. Ce qui … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Tourneur (Maurice) | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

The Thing de John Carpenter : virus de la paranoïa

Dans The Thing (1982) de John Carpenter, film à mi-chemin de l’horreur et de la science-fiction, les effets spéciaux sont le clou du spectacle. A intervalle régulier, la « chose » venue de l’espace sort du corps humain qui l’abritait, pour prendre … Lire la suite

Publié dans cinéma | 2 commentaires

Un Château en enfer de Sidney Pollack : un château en forêt

Dans Un Balcon en forêt (1958), Julien Gracq racontait l’histoire d’un aspirant stationné dans un avant-poste des Ardennes en 1940, qui subissait l’attraction de la forêt de conte l’entourant au point de perdre prise avec la réalité. Dans Un Château … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Pollack (Sidney) | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires

Le Crime de monsieur Lange de Jean Renoir : mort d’un parasite

Le Crime de Monsieur Lange (1935) est à la fois l’un des films les plus problématiques de Jean Renoir et l’un des plus représentatifs de son génie. L’un des plus problématiques : c’est l’histoire d’un assassinat absous par un tribunal … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Renoir (Jean) | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires

French connection de William Friedkin : condamné

Dans French Connection (1971), William Friedkin met sa caméra dans les rues de New York, comme s’il prenait la ville elle-même en filature. Lorsque les policiers Popeye (Gene Hackman) et Cloudy (Roy Scheider), de la brigade des narcotiques, suivent Alain … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Friedkin (William) | Tagué , , , , , , , , | 14 commentaires

Ce n’est qu’un au revoir (The Long Gray Line) de John Ford : le cérémonial du ruban noir

Le « don de double vue » : c’est ainsi que j’ai nommé dans un texte sur Quelle était verte ma vallée, la faculté particulière que possédait John Ford de montrer dans un même mouvement, parfois dans un même plan, l’endroit et … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Ford (John) | Tagué , , , , , , , | 9 commentaires