Archives de catégorie : cinéma

Cheval de Guerre de Steven Spielberg : caches cinématographiques

Comme nombre de films de Steven Spielberg récents, Cheval de Guerre (2011) est un film schizophrène, une construction hétérogène. S’y côtoient la volonté de ressusciter le cinéma familial du vieil Hollywood, qui se voulait souvent spectacle pouvant être vu à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Spielberg (Steven) | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Agent X 27 de Josef von Sternberg : génie du romanesque

Agent X 27 (1931) est un des exemples les plus frappants du génie romanesque de Josef von Sternberg. Viennois de naissance, il n’a jamais connu la Vienne de la première guerre mondiale. Il peut dès lors d’autant plus facilement lui … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Sternberg (Josef von) | Tagué , , , , , , | 8 commentaires

Les Lumières du faubourg d’Ari Kaurismäki : un coeur simple

Dans les faubourgs d’Helsinki, Koistinen (Janne Hyytiäinen), un agent de sécurité, est dupé par Mirja (Maria Järvenhelmi), une jeune femme qui l’a séduit. Elle commet un vol dont il est accusé, sans qu’il cherche à se défendre de cette accusation. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma finlandais, critique de film, Kaurismäki (Aki) | Tagué , , , , , , | 9 commentaires

Burning de Lee Chang-dong : « Qui suis-je ? »

Burning (2018) de Lee Chang-dong tourne autour d’un trio de personnages : Jong-soo (Yoo Ah-in), fils d’éleveur devenu livreur, Haemi (la débutante Jeon Jong-seo, très bien), née dans le même village que lui, Ben (Steven Yeun) citadin aisé représentant de l’élite … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma coréen, critique de film, Lee (Chang-dong) | Tagué , , , , , , | 8 commentaires

Dark Shadows de Tim Burton : chasse aux lièvres

Dark Shadows (2012) de Tim Burton est un film qui court plusieurs lièvres à la fois : celui traditionnel dans le fantastique romantique et gothique de l’amour éternel, celui burtonien du film fantastique semi-parodique où le réalisateur a pour ses … Lire la suite

Publié dans Burton (Tim), cinéma, cinéma américain, critique de film | Tagué , , , , , , , | 15 commentaires

Huit et demi de Federico Fellini : la ronde de la vie

Huit et demi (1963) de Federico Fellini est une confession publique énoncée dans le langage du rêve. Peu de films parviennent avec autant de grâce à consacrer l’alliance du rêve, du cinéma et de la vie intime d’un réalisateur. On sait qu’il s’agit … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Fellini (Federico) | Tagué , , , , , , , , , , , | 23 commentaires

Sept morts sur ordonnance de Jacques Rouffio : soudés face aux intrus

L’ambition de Sept morts sur ordonnances (1975) de Jacques Rouffio ne se discute pas. Elle tient à ce scénario et à ce découpage très audacieux qui entremêlent tout le long du film deux lignes narratives : l’histoire du Docteur Losseray … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rouffio (Jacques) | Tagué , , , , , , , , , | 12 commentaires

Une Pluie sans fin de Dong Yue : l’inutile

Un insaisissable tueur sans visage, une enquête ancrée dans la réalité socio-économique d’une époque donnée, une poursuite dans une usine, une femme utilisée comme appât, une pluie qui tombe obscurcissant les consciences : plusieurs éléments rapprochent Une Pluie sans fin … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma chinois, critique de film, Dong (Yue) | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

La Vallée de la peur (Pursued) de Raoul Walsh : hanté par le passé

Après-guerre, plusieurs films hollywoodiens mêlent psychanalyse et cinéma, notamment La Maison du docteur Edwards d’Hitchcock (1945), La Femme au portrait (1944) et Le Secret derrière la porte (1948) de Lang, La Vallée de la peur (Pursued) (1947) de Walsh. La … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Walsh (Raoul) | Tagué , , , , , , , , , , , | 17 commentaires

The Guilty de Gustav Möller : huis-clos avec images

The Guilty (2018), film danois de Gustav Möller, est un huis-clos, un des genres les moins cinématographiques qui soient où la narration est d’habitude propulsée par le dialogue et non l’image. Pour contourner cette contrainte, le réalisateur a l’idée de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma danois, cinéma européen, critique de film, Möller (Gustav) | Tagué , , , , , , , | 6 commentaires