Archives de catégorie : critique de film

La Huitième femme de Barbe-bleue d’Ernst Lubitsch : l’américain apprivoisé

La Huitième femme de Barbe-bleue (1938) est l’occasion pour Ernst Lubitsch de raconter malicieusement une guerre des sexes où un américain croqueur de femmes est apprivoisé par sa dernière conquête. De tous les films de son réalisateur, c’est celui qui … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Lubitsch (Ernst) | Tagué , , , , , , , , , , | 7 commentaires

Charulata de Satyajit Ray : la femme empêchée

Charulata (1964) forme avec La Grande Ville (1963) un magnifique diptyque de Satyajit Ray sur la place de la femme dans la société indienne, plus exactement bengalaise, avec l’actrice Madhabi Mukherjee. Dans La Grande Ville, son versant moderne, la femme s’émancipait par son … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

Hostiles de Scott Cooper : funèbre

Hostiles (2018) est un western qui possède plusieurs qualités et une faiblesse assez rédhibitoire. Parmi ses qualités, on compte une vision claire de son récit, qui relate la dernière mission de Joseph Blocker (Christian Bale), un capitaine de l’armée américaine … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, Cooper (Scott), critique de film | Tagué , , , , , , , | 9 commentaires

Asako I & II de Ryūsuke Hamaguchi : une amoureuse japonaise

Asako I & II (2018) de Ryūsuke Hamaguchi est un film singulier, assez beau, observant les faits et gestes d’une jeune amoureuse japonaise à la manière d’une loupe grossissante. Est-ce le film qui est singulier ou les rapports amoureux dans la … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Hamaguchi (Ryüsuke) | Tagué , , , , , , | 10 commentaires

Bilan de l’année 2018

Voici, à ce jour, mes films préférés de l’année 2018 (pour accéder aux critiques, cliquez sur les titres) : Une Affaire de famille d’Hirokazu Kore-eda Zama de Lucrecia Martel Phantom Thread de Paul Thomas Anderson Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret … Lire la suite

Publié dans Bilan 2018, cinéma, critique de film | Tagué , , , | 32 commentaires

Le Trésor de la Sierra Madre de John Huston : morale de l’aventure

On connait la vieille antienne s’appliquant à l’oeuvre de John Huston. Il serait le cinéaste de la thématique de l’échec. Ses personnages échoueraient à atteindre le but qu’ils s’étaient fixés après de vaines tentatives révélant le caractère dérisoire de la … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Huston (John) | Tagué , , , , , , , , | 11 commentaires

L’Homme fidèle de Louis Garrel : essai non transformé

Rapide recension de L’Homme fidèle (2018) de Louis Garrel. Le film séduit au début par les idées qui président à sa narration, sans doute nées de la plume de Jean-Claude Carrière qui co-signe le scénario avec Garrel. Trois personnages content … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Garrel (Louis) | Tagué , , , , , , | 15 commentaires

La Poursuite infernale (My Darling Clementine) de John Ford : être ou ne pas être

My Darling Clementine (1946) témoigne comme peu d’autres films de l’art cinématographique fordien. A partir d’un canevas de récit de vengeance (Wyatt Earp vengeant son frère assassiné), Ford déroule plusieurs fils narratifs impliquant maints personnages, qui tissent la tapisserie de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Ford (John) | Tagué , , , , , , , , | 16 commentaires

Une Affaire de famille d’Hirokazu Kore-eda : familles, je vous fais

Dire qu’Hirokazu Kore-eda est un « cinéaste de la famille » ne suffit pas à définir son cinéma. Encore faut-il s’entendre sur le sens du terme car la conception qu’il s’en fait ne repose pas sur les liens du sang. Trois facteurs … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Kore-eda (Hirokazu) | Tagué , , , , , , , | 28 commentaires

La Strada de Federico Fellini : naissance de la conscience

Federico Fellini qui naquit à Rimini fut un homme de la mer. La Dolce Vita et Huit et demi se terminaient sur une plage, lieu d’un possible recommencement. C’est là où débute et finit La Strada (1954). Entre ces deux … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Fellini (Federico) | Tagué , , , , , , , , | 19 commentaires