Archives de catégorie : critique de film

La Déesse de Satyajit Ray : perdue

La dénonciation des superstitions religieuses nées d’une application sans discernement de l’hindouïsme orthodoxe est un trait récurrent de l’oeuvre de Satyajit Ray. C’est un thème souterrain de sa trilogie d’Apu, et notamment du Monde d’Apu, où Aparna est contrainte de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Les Monstres de Dino Risi : réduction de Risi

Les Monstres (1963) est d’abord un film de scénaristes, oeuvre du duo éprouvé de la comédie à l’italienne, Agenore Incrocci et Furio Scarpelli, dit « Age-Scarpelli », dont le scénario faillit d’ailleurs ne jamais voir le jour lorsque Dino de Laurentiis, qui … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Risi (Dino) | Tagué , , , , , , , | 5 commentaires

Le Monde d’Apu de Satyajit Ray : libre

Si Le Monde d’Apu (1959) est le couronnement de la trilogie d’Apu, c’est parce que Satyajit Ray y fusionne toutes les tendances, toutes les ambitions, tous les élans de son cinéma : la restitution de la face la plus intime … Lire la suite

Publié dans 100 films préférés, cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , , , , , | 7 commentaires

L’Invaincu de Satyajit Ray : l’échappée d’Apu

L’Invaincu (1956) de Satyajit Ray est un pont entre deux sommets, La Complainte du Sentier (1955) et Le Monde d’Apu (1959). Ray y raconte l’adolescence d’Apu et son combat pour se défaire d’un héritage familial dont il ne veut plus … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 7 commentaires

La Complainte du sentier de Satyajit Ray : la vie capturée dans l’image

C’est l’un de ces films sur lesquels on hésite à écrire tant ils sont beaux, qui contiennent la vie tout entière et le cinéma tout entier. La Complainte du sentier (1955) de Satyajit Ray raconte l’enfance d’Apu, héros de Pather … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , | 20 commentaires

Cette Sacrée vérité (The Awful truth) de Leo McCarey : amis pour la vie

Cette Sacrée vérité (The Awful truth) (1937) de Leo McCarey est l’un des modèles de la screwball comedy, et en particulier de cette sous-catégorie que représentent les comédies du remariage. Le scénario du film, inspiré d’une pièce de théâtre d’Arthur … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, McCarey (Leo) | Tagué , , , , , , , , | 25 commentaires

Du Côté d’Orouët de Jacques Rozier : du côté de chez Rozier

Au cinéma, seul le film projeté fait foi. Il faut entendre par là qu’un film doit être jugé en fonction du résultat, sans se préoccuper des conditions de tournage, car le film est la seule chose qu’il nous est donné … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rozier (Jacques) | Tagué , , , , , , , | 3 commentaires

Les Naufragés de l’île de la Tortue de Jacques Rozier : voyage avec retour

Il y a décidément au coeur du cinéma de Jacques Rozier la tentation d’aller voir ailleurs, une aspiration au voyage. Mais ce voyage n’est jamais sans retour. Au début des Naufragés de l’île de la Tortue (1974), Jean-Arthur Bonaventure (Pierre … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rozier (Jacques) | Tagué , , , , , , , | 7 commentaires

Cadavres Exquis de Francesco Rosi : morts à Palerme

Cadavres Exquis (1976) de Francesco Rosi est l’un des plus remarquable thriller politiques italiens des années 1970. Le film adapte avec efficacité Le Contexte de l’écrivain sicilien Leonardo Sciascia en supprimant volontairement les touches d’humour noir du roman, cette ironie … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Littérature, livres, Rosi (Francesco) | Tagué , , , , , , , , , , , | 8 commentaires

India Song de Marguerite Duras : fantômes immobiles

Le cinéma est affaire de mouvement. India Song (1975) est pourtant un film entièrement immobile, un film de fantômes. Marguerite Duras y adapte un de ses romans, Le Vice-Consul, lequel était déjà passé auparavant par le prisme d’un raccourcissement théâtral. … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, Cinéma français, critique de film, Duras (Marguerite), Littérature | Tagué , , , , , , , , , | 6 commentaires