Archives de catégorie : critique de film

Lumière d’été de Jean Grémillon : le chatelain et l’ingénieur

Dans Lumière d’été (1943), Jean Grémillon oppose un chatelain désoeuvré représentant dégénéré d’une classe inutile et un ingénieur représentant les classes laborieuses, qui se disputent les faveurs d’une jeune femme. Il oppose un chateau de conte de fées, ou plutôt … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Grémillon (Jean) | Tagué , , , , , , , , , , | 7 commentaires

L’Homme qui n’a pas d’étoile de King Vidor : l’errant sans guide

Dans L’Homme qui n’a pas d’étoile (1955), un des trois classiques du western que King Vidor réalisa avec Duel au soleil et Northwest passage, Dempsey Rae est un cowboy errant, épris de liberté. Le début du film le voit arriver … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Vidor (King) | Tagué , , , , , , , , | 8 commentaires

La Rue de la honte de Kenji Mizoguchi : les prisonnières

Du premier au dernier plan, les femmes de La Rue de la honte (1956) sont cernées. Elles sont prisonnières du quartier de Yoshiwara, le quartier des plaisirs de Tokyo, que le générique d’ouverture nous a montré vu du ciel. Elles … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Mizoguchi (Kenji) | Tagué , , , , , , , , | 7 commentaires

Le Roman de Mildred Pierce de Michael Curtiz : mère courage et fille indigne

Le Roman de Mildred Pierce (1945) de Michael Curtiz mêle le fatalisme du film noir aux vicissitudes du mélodrame. La structure en flashback est typique du film noir, de même que le prologue mystérieux commençant par un meurtre. Curtiz soigne … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Curtiz (Michael) | Tagué , , , , , , , , | 6 commentaires

Sandra de Luchino Visconti : retour vers le passé

Sandra (Vaghe stelle dell’Orsa…) (1965) suit immédiatement Le Guépard (1963) dans la filmograhie de Luchino Visconti et c’est comme s’il passait de la splendeur du jour au coeur d’une nuit noire. Dans Le Guépard, il filmait une terre aride mais gorgée … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Visconti (Luchino) | Tagué , , , , , , , , | 6 commentaires

Mélodie en sous-sol de Henri Verneuil : malchanceux

Le succès d’un casse tient à la minutie de sa préparation et au minutage de son déroulement. C’est du moins ce qu’enseignent les films que le cinéma a consacrés au sujet. Par transparence, les meilleurs films du genre sont eux-mêmes … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Verneuil (Henri) | Tagué , , , , , , , | 12 commentaires

Charade de Stanley Donen : quel rapport avec le CIO ?

Charade (1963) de Stanley Donen est une fantaisie d’espionnage dans un Paris fantasmé, filmé comme un décor sans âge. Audrey Hepburn y joue le rôle de Regina Lampert, une charmante veuve apprenant après la mort de son mari Charles que … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Donen (Stanley) | Tagué , , , , , , , | 25 commentaires

Partition Inachevée pour piano mécanique de Nikita Mikhalkov : Tchekhov au cinéma et confinements

Dans Partition Inachevée pour piano mécanique (1977), Nikita Mikhalkov s’inspire de plusieurs pièces de Tchekhov, plutôt que d’une seule, à la manière du Falstaff d’Orson Welles qui conjuguait trois pièces de Shakespeare. La trame générale est celle de Platonov, la … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Littérature, Mikhalkov (Nikita), Tchekhov (Anton) | Tagué , , , , , , , , | 4 commentaires

Règlements de comptes à O.K. Corral de John Sturges : organisation d’une amitié

On peut, au cinéma, réaliser un film entièrement différent d’un autre, à partir d’un même canevas, des mêmes personnages. Tout va dépendre de l’esprit du récit et de la forme de sa mise en scène. Règlements de comptes à O.K. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Sturges (John) | Tagué , , , , , , , | 11 commentaires

La Maison de bambou de Samuel Fuller : orient

Certains volaient vers « l’orient compliqué ». D’autres succombent à ses attraits, aussi divers que ses pays. Il ne laisse en tout cas personne indifférent et certainement pas Samuel Fuller lorsqu’il filme le premier film hollywoodien intégralement tourné au Japon pour le … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Fuller (Samuel) | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires