Archives par mot-clef : cinéma européen

Django de Sergio Corbucci : d’entre les morts

L’ouverture de Django (1966) de Sergio Corbucci est intrigante : un homme (Franco Nero) marche de dos dans une plaine boueuse en tirant un cercueil. La suite immédiate de ce « western spaghetti » rappelle par sa mise en intrigue Pour une … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, Corbucci (Sergio), critique de film | Tagué , , , , , , , , | 14 commentaires

Une Vie difficile de Dino Risi : visages d’un homme et d’un pays, histoire d’un couple

Raconter l’Histoire de l’Italie d’après-guerre à travers les différents visage d’un homme, voilà l’ambition qui préside à Une Vie difficile (1961) de Dino Risi, l’un des fleurons de la « comédie à l’italienne » sinon son plus beau représentant. Ce qui distingue … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Risi (Dino) | Tagué , , , , , , , | 13 commentaires

Una Questione Privata de Paolo et Vittorio Taviani : parcellaire

Una Questione Privata (2017) des frères Taviani entremêle, à travers une narration éclatée, une affaire privée et la grande affaire de la guerre dans l’Italie de 1944, quand s’affrontaient Partisans et fascistes. Milton (Lucas Marinelli) recherche son ami et rival … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Taviani (Paolo et Vittorio) | Tagué , , , , , , , | 10 commentaires

Le Voyeur de Michael Powell : la caméra qui tue

Le premier plan du Voyeur (1960) de Michael Powell montre un oeil, bleu et fixe. A priori celui de Mark Lewis (Karlheinz Böhm), opérateur et photographe, assassin obsédé par l’idée de filmer le moment où ses victimes voient la mort … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Powell (Michael) | Tagué , , , , , , , , , , | 17 commentaires

Everybody knows d’Asghar Farhadi : une horloge et un secret

Dans Le Client d’Asghar Farhadi, une scène de théâtre filmée pendant le générique semblait figurer l’échiquier sur lequel le dieu de la vengeance déplaçait les personnages. Dans Everybody knows (2018), une autre métaphore visuelle tient lieu de générique de début … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma espagnol, cinéma européen, critique de film, Farhadi (Asghar) | Tagué , , , , , , , , | 18 commentaires

La Fille à la valise de Valerio Zurlini : belle, trop belle

Lorsque Lorenzo (Jacques Perrin) voit Aida (Claudia Cardinale) descendre lentement l’escalier de sa demeure au son de l’Aïda de Verdi, on peut imaginer qu’elle est pour lui l’image vivante de l’esclave de l’opéra sortie de scène pour le rencontrer. Son … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Zurlini (Valerio) | Tagué , , , , , , , | 16 commentaires

Sammy Going South d’Alexander Mackendrick : l’enfant terrible

Sammy, enfant anglais de 10 ans, perd ses parents lors du bombardement de Port-Saïd en Egypte pendant la crise du Canal de Suez en 1956. Démuni, il part seul sur la route pour rejoindre sa tante Jane qui vit à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Mackendrick (Alexander) | Tagué , , , , , , | 5 commentaires

Tesnota, une vie à l’étroit de Kantemir Balagov : une prisonnière et une vidéo de propagande

Il y a trois principales choses à savoir sur Tesnota, une vie à l’étroit de Kantemir Balagov. Premièrement, le film révèle une comédienne extraordinaire, Darya Zhovnar. Deuxièmement, Balagov y fait preuve d’une capacité à raconter son film par des idées … Lire la suite

Publié dans Balagov (Kantemir), cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film | Tagué , , , , , , | 11 commentaires

Hier, aujourd’hui et demain de Vittorio De Sica : promenades dans la ville

Hier, aujourd’hui et demain (1963) est une récréation dans la carrière de Vittorio De Sica et de son duo d’acteurs Sophia Loren-Marcello Mastroianni, une promenade à laquelle nous sommes conviés dans Naples, Milan et Rome. Ce film à sketches qui … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, De Sica (Vittorio) | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Le Quarante et unième de Grigori Tchoukhraï : la rouge et l’officier blanc

Le Quarante et unième (1956) de Grigori Tchoukhraï est l’un des plus beaux films du dégel soviétique qui a suivi la mort de Staline en 1953. Première oeuvre du cinéaste, mais onzième de Sergueï Ouroussevski, le génial chef opérateur de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Tchoukhraï (Grigori) | Tagué , , , , , , | 27 commentaires