Archives par mot-clef : cinéma européen

Six Femmes pour l’assassin de Mario Bava : des statues pour un giallo

Dans le beau générique de Six Femmes pour l’assassin (1964) de Mario Bava, les personnages apparaissent figés, pareils à des statues de cire exposées dans une galerie éclairée de lumières rouges et jaunes. Bava invente ici, sans le savoir, le premier … Lire la suite

Publié dans Bava (Mario), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Le Professeur de Valerio Zurlini : un homme en quête de pureté

Le Professeur (1972) de Valerio Zurlini, qui a été présenté en version longue et restaurée à Cannes Classics cette année, est un film magnifique. C’est l’histoire d’un homme en quête de pureté. Au début du film, Daniele Dominici arrive à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Zurlini (Valerio) | Tagué , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Le Corps et le fouet de Mario Bava : les couleurs du fantastique

Ici, une lueur verte ; là, un rouge ondoyant ; au fond du cadre, à gauche, une paroi violacée ; devant, un velours couleur or. Dans Le Corps et le fouet (1963) de Mario Bava, les images sont composites, semblent … Lire la suite

Publié dans Bava (Mario), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 5 commentaires

Mafioso d’Alberto Lattuada : inéluctable

Considérer les choses comme « déjà arrivées ». C’est ainsi que Don Vincenzo, parrain sicilien, expose à Antonio Badalamenti (Alberto Sordi) les termes de la proposition qui lui est faite. Il s’agit de rendre « un petit service à la mama », qui rétribuera … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Lattuada (Alberto) | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires

Douleur et gloire de Pedro Almodóvar : temps suspendu

Douleur et Gloire (2019) est un film suspendu entre le passé et le futur. Longtemps, on croit que le film est fait d’une alternance entre images du présent et souvenirs du passé, que se remémore le cinéaste Salvador Mallo (Antonio … Lire la suite

Publié dans Almodóvar (Pedro), cinéma, cinéma espagnol, cinéma européen, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 18 commentaires

M le maudit de Fritz Lang : un assassin jugé par la société

Premier film parlant de Fritz Lang, M le maudit ausculte une société allemande en crise. Nous sommes en 1931 et la République de Weimar agonise, vaincue économiquement  par le montant des réparations de guerre exigées par le traité de Versailles … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma allemand, cinéma européen, critique de film, Lang (Fritz) | Tagué , , , , , , , | 18 commentaires

Cet Obscur objet du désir de Luis Buñuel : possessions

Jusqu’au bout, Luis Buñuel sera resté fidèle au mouvement surréaliste, comme en témoignent les derniers films qu’il tourna en France. Cet Obscur objet du désir (1977) adapte La Femme et le pantin de Pierre Louÿs en introduisant dans sa narration … Lire la suite

Publié dans Buñuel (Luis), cinéma, Cinéma français, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 10 commentaires

Il Boom de Vittorio de Sica : les yeux de la tête

L’argument d’Il Boom (1963) parait tiré d’un sketch des Monstres de Dino Risi qui sortit la même année : un homme est prêt à vendre un oeil pour rembourser ses dettes et maintenir son train de vie. Chez le Risi … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, De Sica (Vittorio) | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

La Strada de Federico Fellini : naissance de la conscience

Federico Fellini qui naquit à Rimini fut un homme de la mer. La Dolce Vita et Huit et demi se terminaient sur une plage, lieu d’un possible recommencement. C’est là où débute et finit La Strada (1954). Entre ces deux … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Fellini (Federico) | Tagué , , , , , , , , | 20 commentaires

Leto de Kirill Serebrennikov : l’été sans fin du rock

Leto (2018) réussit là où Cold War échouait : utiliser le noir et blanc pour faire revivre un temps révolu derrière le rideau de fer en le rendant au présent. Kirill Serebrennikov y raconte l’ascension en 1980, sous Brejnev et … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Serebrennikov (Kirill) | Tagué , , , , , , , | 19 commentaires