Archives par mot-clef : cinéma français

Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal : le chemin du conte

Voilà une comédie bien écrite et bien jouée où les chemins de traverse du conte prennent le pas sur les conventions du genre comique. C’est l’histoire d’une maîtresse d’école (Laure Calamy), amoureuse au point de suivre en catimini son amant … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Simenon (Georges), Vignal (Caroline) | Tagué , , , , , , , | 14 commentaires

Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret : désir inconstant et effacement

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020) d’Emmanuel Mouret, est bâti comme un roman du XVIIIe siècle, plus encore que Mademoiselle de Joncquières qui adaptait pourtant un des récits de Jacques le Fataliste de Diderot. On y trouve … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, Cinéma français, critique de film, Mouret (Emmanuel) | Tagué , , , , , , , , | 9 commentaires

Un Revenant de Christian-Jacque : l’éternité n’a qu’un temps

Premier film que tourne Louis Jouvet à son retour d’Argentine, au sortir de la seconde guerre mondiale, Un Revenant (1946) de Christian-Jaque contient plusieurs caractéristiques que l’on retrouvera dans plus d’un film français jusqu’à l’avènement de la Nouvelle Vague : … Lire la suite

Publié dans Christian-Jaque, cinéma, Cinéma français, critique de film | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

Maine Océan de Jacques Rozier : le roi de la Samba

Rares sont les films qui parviennent à susciter le sentiment de la liberté. Car les événements d’un film s’inscrivent habituellement dans un récit suivant une logique de cause à effet. Maine Océan (1985) de Jacques Rozier fait partie de ces … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rozier (Jacques) | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Le Jouet de Francis Veber : pères et jouets

Le Jouet (1976) est à la fois le premier film de Francis Veber et le dernier qui ait ce ton singulier, entre humour proche de l’absurde et observation sociale. L’argument de départ repose sur un postulat original : Eric, le … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Veber (Francis) | Tagué , , , , , , , | 19 commentaires

Le Sucre de Jacques Rouffio : farce chez les spéculateurs

Comme Sept morts sur ordonnance (1975), Le Sucre (1978) de Jacques Rouffio s’inspire « d’une histoire vraie » selon la formule consacrée. Georges Conchon, secrétaire des débats au Sénat aux velléités littéraires et aux sympathies socialistes, se fait dans les deux films … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rouffio (Jacques) | Tagué , , , , , , , , | 12 commentaires

Les Yeux sans visage de Georges Franju : un ange déchu au masque blanc

Le générique des Yeux sans Visage de Georges Franju, où défilent des arbres dans la nuit noire, fait d’emblée penser que les racines du film puisent dans l’expressionnisme, car on a l’impression de revoir les arbres de la poursuite finale … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Franju (Georges) | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

L’Eté meurtrier de Jean Becker : vengeance hors sol

L’Eté meurtrier (1983) de Jean Becker est l’un des rares films français ayant recours à une narration alternée, chaque protagoniste de l’intrigue racontant tour à tour ce qu’il en a vu, procédé d’origine littéraire qui a sans doute trouvé son … Lire la suite

Publié dans Becker (Jean), cinéma, Cinéma français, critique de film | Tagué , , , , , , , , , | 10 commentaires

Le Genou de Claire d’Eric Rohmer : l’homme est la mesure de sa morale

Cinquième des six contes moraux, Le Genoux de Claire (1970) met en scène un personnage qui s’apprête à se marier, à l’instar de Jean-Louis dans Ma Nuit chez Maud. Dans ce dernier film, le mariage procédait d’un acte de volonté, … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rohmer (Eric) | Tagué , , , , , , | 7 commentaires

Justin de Marseille de Maurice Tourneur : Une vérité si belle qu’on la prend de loin pour un mensonge

Par quel caprice du destin, ce film n’est-il pas davantage connu ? Qu’est-ce qui fait que l’on a notamment retenu le « réalisme poétique » dans le cinéma français des années 1930 alors que le précède la poésie du réalisme que fait … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Tourneur (Maurice) | Tagué , , , , , , , , | 5 commentaires