Archives par mot-clef : critique de film

Leto de Kirill Serebrennikov : l’été sans fin du rock

Leto (2018) réussit là où Cold War échouait : utiliser le noir et blanc pour faire revivre un temps révolu derrière le rideau de fer en le rendant au présent. Kirill Serebrennikov y raconte l’ascension en 1980, juste avant la … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma russe ou soviétique, critique de film, Serebrennikov (Kirill) | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Bartleby de Maurice Ronet : il ne préférerait pas

Cette excellente adaptation de Bartleby le scribe de Herman Melville présente plus d’un intérêt. On y redécouvre transposé dans le Paris des années 1970, l’argument de la nouvelle d’origine qui raconte le destin d’un copiste décidant du jour au lendemain … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, Cinéma français, critique de film, Littérature, livres, Melville (Herman), Ronet (Maurice) | Tagué , , , , , , , , , , | 9 commentaires

Embrasse moi, idiot de Billy Wilder : couvrez ce nombril…

Billy Wilder fut avec Lubitsch un des maitres au cinéma de ce que les anglo-saxons appellent l’innuendo, soit l’insinuation, le double-sens. Dans Embrasse-moi, idiot (1964), les doubles-sens à caractère sexuel abondent et prennent explicitement pour cible le Code Hays, ce … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Wilder (Billy) | Tagué , , , , , , , | 15 commentaires

L’Homme de Berlin (The Man Between) de Carol Reed : entre les deux

On retrouve dans L’Homme de Berlin (1953) un portrait d’homme traqué tel que Carol Reed les affectionnait. Le cadre en est le Berlin d’après-guerre où commençaient d’un côté les défections pour l’Ouest, de l’autre les enlèvements commandités par Berlin Est. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Reed (Carol) | Tagué , , , , , , , | 4 commentaires

Amanda de Mikhaël Hers : « Elvis has left the building »

Dans Amanda (2018), Mikhaël Hers filme deux rescapés qui affrontent un deuil. David (Vincent Lacoste) a perdu sa soeur Sandrine, mère de la petite Amanda. Se retrouvant seuls dans le Paris des 11e et 12e arrondissements, oncle et nièce surmontent … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Hers (Mikhaël) | Tagué , , , , , , | 15 commentaires

Le Fleuve de Jean Renoir : « consentir » à la vie

Dans son autobiographie Ma vie et mes films, Jean Renoir affirme que « le problème principal de la vie… consister à s’intégrer ». Il en tire la conviction que son rôle de metteur en scène est de relier les personnages à l’environnement … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, Cinéma français, critique de film, Renoir (Jean) | Tagué , , , , , , , , | 8 commentaires

Feux dans la plaine de Kon Ichikawa : voyage au bout de l’enfer

En février 1945, aux Philippines, il n’est plus question pour les troupes japonaises d’actions héroïques, encore moins de victoire. Abandonnés à leur sort après la défaite du Golfe de Leyte à l’automne 1944 qui sonnait le glas de l’occupation japonaise, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Ichikawa (Kon) | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Toni de Jean Renoir : fable méditerranéenne

C’est l’histoire simple d’un amour malheureux, celle de Toni (Charles Blavette), un ouvrier carrier italien, arrivé dans le midi pour y trouver du travail. Très vite, on pressent que Toni, sourcils broussailleux et démarche pesante, n’est pas prédisposé au bonheur, trop … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Renoir (Jean) | Tagué , , , , , | 9 commentaires

Le Déjeuner sur l’herbe de Jean Renoir : fable enchantée

Le Déjeuner sur l’herbe (1959) est une fable espiègle, d’un charme indicible, où Jean Renoir fait chanter les plaisirs simples de la nature. Aux prétentions de la science moderne à régir tous les aspects de l’existence, il oppose une vie … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Renoir (Jean) | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

En Liberté ! de Pierre Salvadori : ripoux et victime

Faire une comédie, c’est trouver un argument de départ, inversant souvent les rôles par rapport à la norme, à partir duquel peuvent s’articuler des situations comiques. Dans En Liberté ! (2018), Yvonne, la veuve d’un policier « ripoux », s’entiche d’Antoine, un innocent … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Salvadori (Pierre) | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires