Archives par mot-clef : critique de film

Une Femme est une femme de Jean-Luc Godard : Anna Karina et lui

Les histoires racontées par Godard se déroulent dans un morne quotidien sauvé par sa mise en images. Sa vision de la réalité n’est pas celle d’un rêveur, au sens où il ne la quitte pas des yeux. Consciemment, il la … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Godard (Jean-Luc) | Tagué , , , , , , , , , | 8 commentaires

Week-end de Jean-Luc Godard : enfer mécanique et révolution

Voici un film égaré dans le cosmos, trouvé à la ferraille. C’est Jean-Luc Godard qui l’écrit en incipit de Week-end (1967), lui qui a toujours voulu accoler littérature et cinéma. Souvent, dans ses films, la voiture est un instrument de … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Godard (Jean-Luc) | Tagué , , , , , , , | 9 commentaires

Les Siffleurs de Corneliu Porumboiu : puzzle et formes

Les Siffleurs (2020) est un polar post-moderne où c’est d’abord la structure du récit qui importe aux yeux de Corneliu Porumboiu. Il le déconstruit, comme on étale les pièces d’un puzzle devant soi, pour ensuite le recomposer par blocs, brisant … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma roumain, critique de film, Porumboiu (Corneliu) | Tagué , , , , , , , , , | 9 commentaires

Indiscret de Stanley Donen : sauver les apparences

Indiscret (1958) de Stanley Donen dispense plusieurs plaisirs. Le premier est de revoir Cary Grant et Ingrid Bergman ensemble, douze ans après Les Enchaînés d’Hitchcock. Le deuxième est de surprendre son spectateur puisque le film passe d’un ton assez grave … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Donen (Stanley) | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Séjour dans les monts Fuchun de Gu Xiaogang : au bord de l’eau, au fil du temps

Pour qui douterait encore que le cinéma chinois est aujourd’hui celui qui filme le mieux l’inscription de l’homme dans le paysage, qu’il soit urbain ou rural, il faut voir le très beau Séjour dans les monts Fuchun de Gu Xiaogang. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma chinois, critique de film, Gu (Xiaogang) | Tagué , , , , , , | 4 commentaires

La Vérité d’Hirokazu Kore-eda : exils

L’intérêt de La Vérité (2019) d’Hirokazu Kore-eda réside moins dans son sujet (la relation entre une grande actrice au soir de sa carrière et sa fille) que dans la question de savoir si l’on retrouve la patte du réalisateur dans … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, cinéma japonais, critique de film, Kore-eda (Hirokazu) | Tagué , , , , , , , | 9 commentaires

Holy Motors de Leos Carax : mourir puis revivre grâce au cinéma

Holy Motors (2012) est dédié à Katarina Gobuleva, l’actrice et compagne de Leos Carax qui s’est donnée la mort. C’est ce que nous apprend le générique de fin du film, qui l’éclaire rétrospectivement tout entier. A ce titre, Holy Motors … Lire la suite

Publié dans Carax (Leos), cinéma, Cinéma français, critique de film | Tagué , , , , , , , | 12 commentaires

Une Vie cachée de Terrence Malick : accaparés

On trouve dans Une Vie cachée (2019) de Terrence Malick une série d’accaparements exclusifs. Fani (Valerie Pachner), l’épouse fidèle, accaparée par son amour pour Franz (August Diehl) ; Franz, l’objecteur de conscience inflexible, accaparé par son amour pour Dieu ; … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Malick (Terrence) | Tagué , , , , , , , , | 20 commentaires

Les 39 Marches d’Alfred Hitchcock : en fuite

Cela commence par un secret, comme il y en a presque toujours chez Hitchcock. Un secret vital pour la défense aérienne du Royaume-Uni en cette décennie 1930 où prospèrent les totalitarismes. On dit toujours, prêtant crédit aux propos du réalisateur, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, critique de film, Hitchcock (Alfred) | Tagué , , , , , , , , , | 16 commentaires

L’Homme qui en savait trop d’Alfred Hitchcock : version américaine – Que sera, sera ?

Dans le remake américain de L’Homme qui en savait trop (1956), les plans ne défilent plus de manière latérale comme dans son prédécesseur anglais. Par des travellings ou des zooms, selon le cas, Hitchcock plonge à l’intérieur de l’image à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Hitchcock (Alfred) | Tagué , , , , , , , , , | 15 commentaires