Archives par mot-clef : film

Huit et demi de Federico Fellini : la ronde de la vie

Huit et demi (1963) de Federico Fellini est une confession publique énoncée dans le langage du rêve. Peu de films parviennent avec autant de grâce à consacrer l’alliance du rêve, du cinéma et de la vie intime d’un réalisateur. On sait qu’il s’agit … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Fellini (Federico) | Tagué , , , , , , , , , , , | 8 commentaires

Sept morts sur ordonnance de Jacques Rouffio : soudés face aux intrus

L’ambition de Sept morts sur ordonnances (1975) de Jacques Rouffio ne se discute pas. Elle tient à ce scénario et à ce découpage très audacieux qui entremêlent tout le long du film deux lignes narratives : l’histoire du Docteur Losseray … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Rouffio (Jacques) | Tagué , , , , , , , , , | 10 commentaires

Une Pluie sans fin de Dong Yue : l’inutile

Un insaisissable tueur sans visage, une enquête ancrée dans la réalité socio-économique d’une époque donnée, une poursuite dans une usine, une femme utilisée comme appât, une pluie qui tombe obscurcissant les consciences : plusieurs éléments rapprochent Une Pluie sans fin … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma chinois, critique de film, Dong (Yue) | Tagué , , , , , , | 4 commentaires

La Vallée de la peur (Pursued) de Raoul Walsh : hanté par le passé

Après-guerre, plusieurs films hollywoodiens mêlent psychanalyse et cinéma, notamment La Maison du docteur Edwards d’Hitchcock (1945), La Femme au portrait (1944) et Le Secret derrière la porte (1948) de Lang, La Vallée de la peur (Pursued) (1947) de Walsh. La … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Walsh (Raoul) | Tagué , , , , , , , , , , , | 17 commentaires

The Guilty de Gustav Möller : huis-clos avec images

The Guilty (2018), film danois de Gustav Möller, est un huis-clos, un des genres les moins cinématographiques qui soient où la narration est d’habitude propulsée par le dialogue et non l’image. Pour contourner cette contrainte, le réalisateur a l’idée de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma danois, cinéma européen, critique de film, Möller (Gustav) | Tagué , , , , , , , | 6 commentaires

La Source d’Ingmar Bergman : croire ou ne pas croire

Histoire d’un meurtre et d’une vengeance, La Source (1960) est un film où Ingmar Bergman interroge sa foi au moment où elle se désagrège. On y aperçoit trois types de religiosité qui sont irréconciliables. D’abord, celle de Töre (Max von … Lire la suite

Publié dans Bergman (Ingmar), cinéma, cinéma européen, cinéma suédois, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 16 commentaires

La Femme à abattre de Raoul Walsh et Bretaigne Windust : un art simple

Lorsque que l’on regarde La Femme à abattre (The Enforcer) (1951), co-réalisé par Raoul Walsh et Bretaigne Windust, on se dit que le cinéma est un art simple : un procureur qui se remémore une enquête alors qu’un témoin clé … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Walsh (Raoul) | Tagué , , , , , , | 16 commentaires

L’Autre de Robert Mulligan : jeu d’enfant

La réussite de L’Autre (1972) de Robert Mulligan tient pour beaucoup à l’intelligence de son scénario, lequel ménage ses effets en nous montrant le début de cette histoire à travers le point de vue exclusif et subjectif de Niles, petit … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Mulligan (Robert) | Tagué , , , , , , , , , | 12 commentaires

Blood Simple de Ethan et Joel Coen : absurde mort

Premier film des frères Coen, Blood Simple (1984) annonce déjà leur ton aujourd’hui familier et leurs thèmes de prédilection. Ici, le simple s’avère complexe et la mort est difficile autant qu’absurde. Le récit est celui d’un engrenage : Julian Marty … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, Coen (Ethan et Joel), critique de film | Tagué , , , , , , , , | 19 commentaires

On ne joue pas avec le crime de Phil Karlson : jeu d’artifices

« The biggest little city in the world » : c’est ce que proclame la banderole flottant dans la rue principale de Reno au Navada, prétendue petite soeur de Las Vegas. « The greatest small film in the world » : c’est ce que n’est pas … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Karlson (Phil) | Tagué , , , , , , , | 7 commentaires