Archives par mot-clef : film

Six Femmes pour l’assassin de Mario Bava : des statues pour un giallo

Dans le beau générique de Six Femmes pour l’assassin (1964) de Mario Bava, les personnages apparaissent figés, pareils à des statues de cire exposées dans une galerie éclairée de lumières rouges et jaunes. Bava invente ici, sans le savoir, le premier … Lire la suite

Publié dans Bava (Mario), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Le Professeur de Valerio Zurlini : un homme en quête de pureté

Le Professeur (1972) de Valerio Zurlini, qui a été présenté en version longue et restaurée à Cannes Classics cette année, est un film magnifique. C’est l’histoire d’un homme en quête de pureté. Au début du film, Daniele Dominici arrive à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Zurlini (Valerio) | Tagué , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Face à la nuit de Ho Wi-ding : doublement déterminé

Face à la nuit (2019) de Ho Wi-ding raconte à l’envers la vie d’un homme en commençant par ses dernières vingt-quatre heures qui ont lieu dans notre futur, en 2049. Cette vie est une chute sans fin, une chute dans … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma chinois, critique de film, Ho (Wi Ding) | Tagué , , , , , , | 4 commentaires

Brève méthodologie critique

En complément de mon inventaire des différentes approches de la critique cinématographique, j’énumère ci-dessous trois postulats pouvant servir de bref fondement méthodologique à une critique de cinéma. Bonne foi du réalisateur et du critique Le premier postulat, c’est que le réalisateur … Lire la suite

Publié dans cinéma, critique de film, Réflexions sur le cinéma | Tagué , , , | 16 commentaires

Le Corps et le fouet de Mario Bava : les couleurs du fantastique

Ici, une lueur verte ; là, un rouge ondoyant ; au fond du cadre, à gauche, une paroi violacée ; devant, un velours couleur or. Dans Le Corps et le fouet (1963) de Mario Bava, les images sont composites, semblent … Lire la suite

Publié dans Bava (Mario), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 5 commentaires

La Servante de Kim Ki-young : (ni) responsables, (ni) coupables

La Servante (1960- de Kim Ki-young, classique du cinéma sud-coréen, est l’histoire d’une famille. A rebours de Parasite de Bong Joon-ho auquel on l’a abusivement comparé, il ne s’agit ni d’une famille modeste, ni d’une famille riche de la haute … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma coréen, critique de film, Kim (Ki-young) | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Le Château du dragon de Joseph L. Mankiewicz : s’échapper du décor

C’est avec Le Château du dragon (Dragonwyck) (1946), que le scénariste Joseph L. Mankiewicz commença sa carrière de réalisateur et l’on peut d’ores et déjà y déceler sa façon de raconter l’itinéraire d’un personnage dans un monde hostile. Le récit … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Mankiewicz (Joseph) | Tagué , , , , , , , | 8 commentaires

Le Daim de Quentin Dupieux : saugrenu

Le Daim de Quentin Dupieux relève d’un cinéma que l’on pourrait qualifier au choix d’absurde ou de saugrenu. Cette histoire d’un homme obsédé par son blouson en daim et qui se fait cinéaste au gré du hasard pourrait, sur le … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Dupieux (Quentin) | Tagué , , , , , , , | 19 commentaires

L’Aventure de Mme Muir (The Ghost and Mrs. Muir) de Joseph L. Mankiewicz : murmure de la vie de Lucy Muir/Gene Tierney

L’Aventure de Mme Muir (1947) de Joseph L. Mankiewicz est l’un des plus beaux films du monde. Dans la scène d’ouverture, la caméra part de loin, traverse la rue encombrée en glissant sur la musique mélancolique de Bernard Herrmann, pour … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Mankiewicz (Joseph) | Tagué , , , , , , , , | 36 commentaires

Parasite de Bong Joon-ho : discours dans un souterrain

Parasite n’est pas le film le plus achevé de Bong Joon-ho, ni le plus à même de définir la singularité de son cinéma, mais il réussit ce même prodige de passer de la farce au drame qui caractérisait Memories of … Lire la suite

Publié dans Bong (Joon-Ho), cinéma, cinéma asiatique, cinéma coréen, critique de film | Tagué , , , , , , | 36 commentaires