Amanda de Mikhaël Hers : « Elvis has left the building »

amanda

Dans Amanda (2018), Mikhaël Hers filme deux rescapés qui affrontent un deuil. David (Vincent Lacoste) a perdu sa soeur Sandrine, mère de la petite Amanda. Se retrouvant seuls dans le Paris des 11e et 12e arrondissements, oncle et nièce surmontent ensemble cette épreuve.

Dans Ce sentiment de l’été du même cinéaste, un mari et une soeur faisaient déjà face à la perte de l’être aimé, unis par un lien secret qui tenait à ce que chacun portait en lui le souvenir de la disparue. Cette dernière ne mourait pas tout à fait puisqu’elle survivait à travers eux. Dans Amanda, et bien que les deux films partagent nombre de points communs, il en va autrement. D’abord, parce que l’on se situe dans le Paris endeuillé des attentats de novembre 2015 (que Hers n’essaie pas de reconstituer à l’identique et c’est heureux) ; c’est un Paris silencieux qui doit accepter la mort des uns, les blessures physiques et psychologiques des autres. En trois plans, Hers suggère l’horreur des attaques, et cela suffit. Ensuite, parce que le film désigne d’emblée David comme un jeune homme solitaire vivant d’expédients. Sa soeur Sandrine est sa seule véritable amie, son père est mort depuis longtemps, il connait à peine sa mère partie à Londres. Son isolement est accentué par la mort de Sandrine. Le film raconte comment il parvient à sortir de l’ornière de la solitude, à retisser des liens avec les autres avec l’aide d’Amanda, et comment en retour Amanda accepte que son oncle l’élève en lieu et place de sa mère. Au fil du récit, ils recouvrent le principal trésor de la vie : l’espoir.

Chacun emprunte un chemin différent pour y parvenir. David extériorise davantage sa tristresse et son désarroi qu’Amanda, qui continue de vivre selon les mêmes rituels, ainsi ce Paris-Brest immuablement englouti à 18h. Hers filme avec beaucoup de sensibilité cette capacité qu’ont certains enfants à garder secrets leurs sentiments, ce qui les rend parfois si difficiles à comprendre pour les adultes. On pourrait presque croire que David a davantage besoin d’Amanda qu’elle d’un tuteur. Mais il n’en est rien, l’adulte n’est pas devenu enfant, ni l’enfant adulte et Amanda ne pourrait vivre sans David. En réalité, elle a si bien intériorisé sa douleur qu’elle s’est fait de la vie une conception fausse où tout lui semble joué d’avance. « Elvis has left the building », cette phrase qui décevait l’espoir des fans attendant que leur idole Elvis Presley se montre, est la clé du film, le résumé de l’attitude d’Amanda. Sa mère partie, comme Elvis, elle n’attend plus personne, elle n’attend plus rien de la vie et David, tout à sa douleur, ne s’en aperçoit pas tout à fait. Amanda commencera à se défaire de cette idée fausse dans une scène magnifique à Wimbledon où une partie de tennis, et les renversements de situation qu’elle réserve, font figure d’allégorie de la vie. Rien n’est jamais joué d’avance. Elvis peut bien partir, il y en aura d’autres.

Comme dans Ce sentiment de l’été, Hers porte une attention particulière aux lieux traversés, qui sont les lieux de vie de la ville où déambulent David, Amanda et les autres, même si l’on marche moins ici que dans le précédent film à cause du poids des attentats sans doute. Fidèle en cela à l’esprit de la Nouvelle Vague, et plus encore à Renoir, il compose des plans le plus souvent en extérieurs qui intègrent les personnages dans leur environnement. Filmant en 35 mm, voire en 16 mm pour certaines scènes, il obtient une image granuleuse éclairée d’une lumière naturelle qui traduit le sentiment flottant, imprévisible, renouvelé, de la vie, comme le sentiment de l’été revenait chaque année dans son film précédent.  La mort est un instant, la vie un flux continue. Dans l’environnement urbain, les parcs, les arbres où se voit le passage des saisons, ont sa préférence, et c’est là que plus d’une fois, il ressource son film pour nous le présenter ensuite revivifié. L’accompagnement sonore chaleureux (un son de guitare doux et rond) des scènes de déambulation contribue à leur atmosphère apaisante et confère une qualité musicale au temps du récit. Un très beau film, porté par un excellent Vincent Lacoste, naturel de bout en bout. Mais tous les acteurs apportent leur écot à la réussite du film, que ce soit la lumineuse Ophelia Kolb, la discrète Stacy Martin, Marianne Basler, et surtout la petite Isaure Multrier dont le sourire éclaire les derniers plans comme d’un soleil.

Strum

Cet article, publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Hers (Mikhaël), est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Amanda de Mikhaël Hers : « Elvis has left the building »

  1. princecranoir dit :

    Voilà bien un film qui m’interpelle. Pas tant par son sujet que par la manière dont il semble avoir été traité par Hers. La phrase qui sert de pivot ajoute à cette curiosité.

    J'aime

  2. J.R. dit :

    « Elvis peut bien partir, il y en aura d’autres. »
    Ah non, il n’y qu’un seul Elvis!

    J'aime

  3. J.R. dit :

    « un excellent Vincent Lacoste »
    Certainement, mais le genre d’acteur auquel je ne peux absolument pas m’identifier.

    J'aime

    • Strum dit :

      Je ne crois pas qu’il faille nécessairement s’identifier à un acteur pour apprécier un film. On peut aussi se laisser porter par les images et assister à des destins vécus par des personnalités très différentes des nôtres. Lacoste est très naturel dans le film, du coup on y croit.

      J'aime

  4. dasola dit :

    Bonsoir Strum, Lacoste est très bien en effet comme tous les autres acteurs. Vu le sujet, je m’attendais à être plus remuée mais c’est le réalisateur a voulu faire autre chose et même de la légèreté dans un sujet grave, pourquoi pas? Les retrouvailles avec Alison (j’ai mis 3 secondes pour reconnaître Greta Scacchi, la pauvre) n’apportent pas grand-chose où alors je n’ai pas tout compris. Bonne soirée.

    J'aime

    • Strum dit :

      Bonsoir dasola, ce n’est pas vraiment de la légèreté à mon avis, c’est plus une approche où la vie continue malgré tout parce qu’elle ne s’arrête jamais de couler, de se renouveler, comme le montre notre environnement et notamment les arbres. On reconnait Scacchi grâce à ses yeux. David revoit sa mère à la fin justement parce que Hers veut montrer qu’il est plus entouré qu’au début parce que la vie, le désir de vie, est plus fort que les attentats. Merci et bonne soirée aussi.

      J'aime

  5. Vincent dit :

    Pas encore vu « Amanda » ce qui ne saurait tarder mais je suis Hers depuis ses débuts. Le deuil et la reconstruction sont au cœur de presque tous ses films (je vous conseille vivement « Memory Lane » son premier long »). Je lui trouve un style, une manière, très personnelle et plutôt rare aujourd’hui, à la fois élégante et délicate et c’est un très grand directeur d’acteur. C’est dire si j’ai toute confiance dans ce nouvel opus.

    J'aime

    • Strum dit :

      Oui, je n’ai vu que Ce Sentiment de l’été et celui-ci, mais il a en effet une manière personnelle, chose que je chéris par dessus tout au cinéma. Merci pour le conseil, j’ai bien l’intention de voir Memory Lane si l’occasion s’en présente.

      J'aime

  6. auroreinparis dit :

    Je suis d’accord avec vous, on reconnait tout de suite l’image et la « patte » du réalisateur. « Amanda » est peut être la porte d’accès au grand public au cinéma de Mikhael Hers. Un beau film et merci pour votre très bel avis.

    J'aime

  7. Pascale dit :

    Qu’il fait mal et qu’il fait du bien ce BEAU film avec un Vincent qui arrête enfin de faire du Lacoste. Merci au réalisateur d’avoir vu autre chose chez cet acteur que je supportais mal et qui est magnifique et irréprochable ici.
    Toutes les filles sont splendides ici, Stacy, Ophélia, Marianne et la miraculeuse petite Isaure.
    Et ce film je le porte haut et fort dans mon cœur d’artichaut.
    Paris est belle (ou beau ?) et j’avais peur à tous les carrefours pour Vincent à vélo…

    Elvis ne quittera jamais le building. C’est bon de le savoir quand le moral est en berne…

    J'aime

    • Strum dit :

      Oui, très beau film avec une interprétation irréprochable. Elvis ne quittera pas le building comme tu dis ou il y aura d’autres Elvis comme je dis, cela revient au même, c’est toujours une question d’espoir placée dans la vie.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s