Bilan de l’année 2016

Je récapitule ci-dessous avec hésitation mes « films préférés » de l’année 2016 – cliquez sur les liens pour accéder aux critiques. On prendra cette liste, dont la valeur est purement indicative, pour la vérité du moment, pas forcément celle de demain. Les deux, voire trois, premiers films se détachent nettement des autres que j’ai eu plus de peine à classer, peut-être parce que je ne suis pas persuadé de l’intérêt de l’exercice, sinon celui de fixer ses idées à un instant t ou d’en donner aux autres.

  1. Manchester by the sea de Kenneth Lonergan
  2. Julieta de Pedro Almodóvar
  3. Aquarius  de Kleber Mendonça Filho
  4. Elle de Paul Verhoeven
  5. Un jour avec, un jour sans  de Hong Sang-soo
  6. Love & friendship  de Whit Stillman et Délices de Tokyo (Les) de Naomi Kawase
  7. Everybody wants some!!  de Richard Linklater
  8. Sully de Clint Eastwood
  9. Midnight Special  de Jeff Nichols et Carol de Todd Haynes
  10. Frantz de François Ozon et Ce Sentiment de l’été de Mikhaël Hers

Accessit : Moi, Daniel Blake  de Ken Loach et The Strangers de Na Hong-jin

Les deux premiers films du classement sont portés par un personnage principal brisé par un immense sentiment de culpabilité, mais leurs ressemblances s’arrêtent là. Au foisonnement mélodramatique de Julieta, Manchester by the sea oppose les lignes horizontales d’un drame classique. Bien que Julieta contienne la plus belle idée de cinéma de l’année (le raccord temporel faisant vieillir Julieta dans une seule et même séquence), Manchester by the sea m’a bouleversé et l’emporte sur le fil.

De manière générale, on trouvera ici beaucoup de films centrés sur une poignée de personnages, de drames et mélodrames, aux fins certes parfois heureuses, quelques films à la bonne humeur communicative, et peu de films à grand spectacle (les effets appuyés de The Revenant d’Alejandro Inarritu ne m’ont pas convaincu). Le seul film qui contienne ici une scène vraiment spectaculaire doit être Sully d’Eastwood. Au sein de la riche cinématographie asiatique, ce sont les films à la forme modeste qui m’ont d’abord séduit – la narration impressionniste de The Assassin de Hou Hsiao-hsien m’a empêché d’y adhérer pleinement tandis que la profusion narrative de The Strangers de Na Hong-jin a fini par me lasser ; mais il s’agit de deux films aux qualités formelles évidentes. Certains films excentriques (Ma Loute de Bruno Dumont) se sont un peu effacés de ma mémoire. De même, la beauté formelle de Carol qui aurait pu (dû peut-être) se trouver plus haut dans le classement a perdu de son lustre au fil des mois (le film est sorti il y a un an) tandis que les imperfections formelles de Midnight Special ne m’empêchent pas d’en garder un bon souvenir.

Bien que n’ayant pas vu suffisamment de films faute de temps (j’ai manqué plusieurs films sortant a priori des sentiers battus : Nocturama, L’Etreinte du serpent, La Mort de Louis XIV ou Bella e Perduta, et je n’ai pas encore vu Paterson de Jarmusch), je ne crois pas que 2016 ait été une grande année cinématographique. Mais on s’en souviendra comme celle où pour la première fois un acteur mort depuis 20 ans a ressuscité numériquement dans un film avec un semblant de réalisme (Peter Cushing dans Rogue One de Gareth Edwards), après que Disney a ressuscité Star Wars en 2015, ou encore comme celle où les groupes chinois ont commencé à investir massivement dans les studios américains (acquisitions et prises de participation), préparant le terrain à de futures productions américano-chinoises. En parallèle, les franchises aux budgets exorbitants ont continué de pulluler, tandis que les films français s’assemblaient schématiquement autour d’une ligne de partage entre comédies grands publics et « films d’auteur » aux budgets restreints et à l’audience réduite et surtout trop souvent dénués d’ambitions visuelles.

Strum

Publicités
Cet article a été publié dans cinéma, critique de film. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Bilan de l’année 2016

  1. Palmarès (sans ordre de préférence) : Comancheria (David Mc Kenzie), Carol (Todd Haynes), Cafe Society (Woody Allen),The Revenant (Innaritu), A Perfect Day ( F. Leon De Araona), Life (Anton Corbijn)
    J’ai trouvé moyens ; Sully, Paterson, Manchester by the Sea, Midnight Special, Toni Erdmann.
    Je n’ai pas aimé Ma Loute (redondant et inutile après P’tit Quinquin)
    Comme je vais moins souvent au cinéma qu’avant je n’ai pas vu The Assassin, Julieta, Aquarius, Rogue One et bien d’autres.
    Je compte rattraper au Festival Télérama les films Elle et Moi, Daniel Blake et peut-être Aquarius fin janvier.

    • Strum dit :

      Merci Jean-Sylvain. J’ai pas mal de réserves sur Toni Erdmann. J’aime trop Woody Allen pour me contenter de Cafe Society. Je n’ai pas vu Comancheria qui me tente bien.

  2. Ronnie dit :

    Vu et bien aimé Sully, les délices tokyotes & Midnight Special, pas d’élan ou d’envie de voir pour le reste ..
    Ah oui, Carol …… Pour faircour, j’ai détesté 😉

  3. 100tinelle dit :

    Manchester by the sea sera peut-être dans mon top 2017, dans la mesure où il ne sortira chez nous que dans une quinzaine de jours. On verra s’il passe bien l’épreuve du temps ! Je retiens quelques films à voir en rattrapage, mais sur petit écran : « Aquarius », « Un jour avec, un jour sans » et « Ce Sentiment de l’été », principalement. J’ai eu la très bonne surprise de découvrir que « L’étreinte du serpent » de Ciro Guerra était repris dans Les incontournables 2016 UGC, mais seulement en Belgique. En France, la liste est différente (et le tarif moins cher).

    • Strum dit :

      L’Etreinte du serpent, ce sera en DVD pour moi. Pour Manchester by the sea, encore faut-il que le film te plaise, mais j’ai bon espoir que ce soit le cas et tu me diras ce qu’il en est.

  4. J’aime aussi beaucoup (trop ?) Woody Allen dont j’ai vu tous les films, et bien que ses grands films soient derrière lui, depuis longtemps déjà, j’ai trouvé que parmi les plus récents (un par an) celui-ci était le plus réussi depuis disons…. Whatever Works. C’est du moins celui que je préfère.

  5. ornelune dit :

    Un peu le même sentiment que toi sur Carol. Il s’est aussi effacé plus vite dans ma mémoire que son hommage à Sirk dont le titre m’échappe maintenant.

    Et des films que tu cites et que je n’ai pas encore vus, mon plus grand désir va à Love & friendship.

    J’irai aussi refaire un tour bientôt sur ta critique du Linklater pour mieux envisager un si bon classement.

    • Strum dit :

      Difficile à expliquer pourquoi j’ai si bien classé le Linklater, probablement parce que ce récit d’apprentissage déguisé en film de campus, d’apparence tout à fait anodin, met de bonne humeur et que l’on en ressort avec un grand sourire sur les lèvres. Le Stillman est une chouette adaptation de Jane Austen.

  6. Wolvy128 dit :

    Hello ! Pas forcément eu l’occasion de voir tous les films de ton top (Manchester by the Sea ne sort que fin du mois en Belgique par exemple) mais je partage en tout cas ton enthousiasme pour Sully. A l’inverse de Elle que je trouve terriblement surestimé. Quoi qu’il en soit, je prends note du reste pour les sessions de rattrapage.

    • Strum dit :

      Bonjour Wolvy. Elle n’est pas dénué de défauts mais possède en tout cas cette qualité de bien rester en mémoire. Plusieurs mois après l’avoir vu, je m’en souviens très bien, ce qui signifie que ce n’est pas un film que l’on peut totalement négliger.

  7. L’hommage à Sirk de Todd Haynes est Loin du Paradis..juste pour info, que je ne reverrais sans doute pas,comme Carol. Ces films, tout excellents qu’ils soient, n’invitent pas à la révision..ce sont de beaux objets mais ils manquent peut-être d’une vraie substance pour rester dans les mémoires… je ne sais pas…Autant, je revoie les Mankiewicz, Sirk,Ophuls et autres, autant ceux-ci…

  8. Martin dit :

    Hello !
    Dans les douze de ton top principal, un seul point commun avec mon top ! 🙂 Il faut dire aussi que je n’ai pas vu sept des films que tu cites. Des rattrapages s’imposeront.

    « Manchester by the sea », que tu places si haut, pourrait être un film que je rattrape prochainement. Mais ce ne sera pas aussi évident à concrétiser que je peux le laisser croire.

    Pour moi, 2016 reste un assez bon cru. Peut-être même un peu meilleur (ou plus diversifié) que 2015. Nul doute que nous aurons encore quelques occasions d’en débattre, avant de nous consacrer pleinement sur 2017. Sur ce point, j’espère que tu rattraperas « Paterson », car je suis curieux de ton avis.

  9. Strum dit :

    Hello Martin, ce n’est pas plus mal de ne pas avoir beaucoup de films en commun, cela donne des idées de visionnages. J’aimerais bien voir Paterson et je le chroniquerai quand je le verrai.

  10. Salut Strum
    L’intérêt de cet exercice subjectif est de dévoiler un peu plus tes goûts cinématographiques à tes lecteurs. Accessoirement, ton top confirme qu’on a des goûts cinématographiques voisins même si « Elle » est le seul film présent dans nos deux classements. Et comme toi, mon avis sur l’année 2016 au cinéma reste mitigé après un grand millésime 2015. 2016 me laisse orphelin du cinéma que je préfère, celui de l’ancien bloc de l’Est. 2017 s’annonce plus prometteur côté soleil levant.

    Je n’ai pas vu La mort de Louis XIV (je me refuse de voir J.P. Léaud jouer le mourant…) mais j’ai vu les 4 autres films que tu cites. Je te confirme qu’ils sont singuliers, voire très singuliers. L’étreinte du serpent doit être vu sur grand écran, le finale de Nocturama également (session de rattrapage possible avec le festival Télérama à venir). Attention, le dernier Bonello n’est pas là où on l’attend d’où probablement ton échec en salles. Il fait partie de mon top 10. Bella e perduta a un sujet et une narration étrange, film particulier. Enfin Paterson que je viens de chroniquer sur mon blog est un Jarmusch mineur mais intéressant, une véritable bulle poétique. Si tu cherches du cinéma d’auteur, ces 4 films sont de bons représentants. Au plaisir d’en discuter.

    • Strum dit :

      Hello et merci pour ton avis sur ces films. Je viendrai te lire sur Paterson quand j’aurai vu le film. Quant aux goût, je pense qu’ils se devinent de manière plus intéressante dans les mots d’une critique que dans les chiffres d’un classement. 🙂

  11. Je suis assez d’accord avec toi, mais j’y mettrais MADEMOISELLE qui est pour moi le chez d’oeuvre de PARK CHAN-WOOK, et THE STRANGERS avec. Même le magazine PREMIERE qui n’est pas branché film drame fantastique dans le genre est cité 4 fois premiers et le général des films on le retrouve à la deuxième place après AQUARIUS. Et MADEMOISELLE fini 9° du classement. Donc ils ne sont pas mauvais finalement mais on n’en à déjà parler, dis moi si j’ai tort mais tu as du mal avec les films Coréen, j’ai l’impression. Et vue ton rejet pour THE HOST que je ne comprend pas très bien, BONG JOON-HO qui lui aussi est un virtuose reviendra avec un film ou il est question d’un autre monstre mais je n’en sait pas plus pour le moment. Mon top 10
    1°. THE REVENANT. 2° MADEMOISELLE. 3° THE STRANGERS. 4° MANCHESTER BYE THE SEA. 5° COMMANCHERIA. 6° ELLE. 7° MIDNIGHT SPECIAL. 8° AQUARIUS. 9° INSIDE MEN. 10° LES 8 SALOPARD ET MAD MAX BLACK & CHROME. ET POUR MOI LE PLUS GROS NAVET est THE NEON DEMON. SHOWGIRL de VERHOVEN EST UN CHEZ D’OEUVRE alors ?
    A bientôt STRUM.

    • Strum dit :

      Bonjour Jamel. Autant je n’aime pas Park (edit : même si Mademoiselle, ce n’est pas mal effectivement, dommage qu’il y ait ce dernier tiers qui gâche un peu l’ensemble), autant j’adore Bong et j’aime beaucoup The Host, film extrêmement original chroniqué ici. 🙂

  12. princecranoir dit :

    Je me retrouve assez dans cette sélection sans pour autant avoir vu l’ensemble des films cités. Sur le principe, je suis bien d’accord avec l’aspect très arbitraire du florilège, encore plus concernant le classement des uns par rapport aux autres. De mon côté, peu m’importe finalement dans quel ordre j’ai placé les titres sélectionnés mais en revanche, si ils y sont inclus, c’est parce qu’ils m’ont laissé une forte impression. Il n’est pas dit qu’elle se confirmera lors de prochaine visions mais j’avoue que jusqu’ici, je n’ai pas été trop déçu des films retenus en fin d’années précédentes. « Love & Friendship » aurait en effet pu figurer aussi dans mon palmarès, je ne vais d’ailleurs pas tarder à publier ma chronique.

    • Strum dit :

      Effectivement, en ce qui concerne certains films, le classement ne signifie pas grand chose, car une hiérarchie par les chiffres n’est pas à même de rendre compte de sentiments et d’émotions. Pour la même raison, je ne mets pas de notes aux films que je vois.

  13. tinalakiller dit :

    Très beau bilan !! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s